Electronic Media Use and Addiction among Youth in Psychiatric Clinic versus School Populations

Article excerpt

Objective: Electronic media use is highly prevalent among today's youth, and its overuse in the general population has been consistently associated with the presence of psychiatric symptoms. In contrast, little information exists about electronic media use among youth with psychiatric disorders. Our study aims to compare patterns of television and computer and gaming station use among youth in psychiatric clinic and community-based school populations.

Method: Surveys were completed by 210 youth and parents, from school (n = 110) and psychiatric clinic (n = 100) populations. Duration and frequency of television, video gaming, and nongaming computer activities were ascertained, along with addictive features of use. Descriptive and comparative analyses were conducted, with a statistical threshold of P < 0.05.

Results: Quantitative and qualitative differences were identified between the patterns of use reported by the 2 groups. The mean reported daily duration of exposure to electronic media use was 6.6 hours (SD 4.1) for the clinic sample and 4.6 hours (SD 2.6) for the school sample (P < 0.01). Self-reported rates of addictive patterns related to computer and gaming station use were similar between the 2 populations. However, the clinically based sample favoured more violent games, with 29% reporting playing mature-rated games, compared with 13% reported by the school-based sample (P = 0.02). Youth with externalizing disorders expended greater time video gaming, compared with youth with internalizing disorders (P = 0.01).

Conclusions: Clinically based samples of youth with mental illnesses spend more time engaged in electronic media activities and are more likely to play violent video games, compared with youth in the general population. Further research is needed to determine the long-term implications of these differences.

Objectif : L'utilisation des médias électroniques est hautement prevalente chez les adolescents d'aujourd'hui, et leur surutilisation dans la population générale est régulièrement associée à la présence de symptômes psychiatriques. Par contre, il existe peu d'information sur l'utilisation des médias électroniques chez les adolescents souffrant de troubles psychiatriques. Notre étude vise à comparer les modèles d'utilisation de la télévision, de l'ordinateur et des sites de jeux vidéo chez les adolescents dans les cliniques psychiatriques et dans les populations scolaires communautaires.

Méthode : Des sondages ont été remplis par 210 adolescents et parents, dans les populations scolaires (n = 110) et des cliniques psychiatriques (n = 100). La durée et la fréquence des activités liées à la télévision, aux jeux vidéo et autres à l'ordinateur ont été estimées, ainsi que les caractéristiques de la dépendance à l'utilisation. Des analyses descriptives et comparatives ont été menées, dont le seuil statistique est de P < 0,05.

Résultats : Des différences quantitatives et qualitatives ont été observées entre les modèles d'utilisation déclarés par les 2 groupes. La moyenne déclarée de la durée quotidienne d'exposition à l'utilisation des médias électroniques était de 6,6 heures (ET 4,1) pour l'échantillon clinique et de 4,6 heures (ET 2,6) pour l'échantillon scolaire (P < 0,01 ). Les taux auto-déclarés de modèles de dépendance liés à l'utilisation de l'ordinateur et des sites de jeux vidéo étaient semblables entre les 2 populations. Toutefois, l'échantillon en clinique préférait les jeux plus violents, et 29 % déclaraient jouer à des jeux pour adultes, comparé à 13 % déclarés par l'échantillon scolaire (P = 0,02). Les adolescents souffrant de troubles externalises passaient plus de temps aux jeux vidéo, comparé aux adolescents souffrant de troubles internalises (? = 0,01).

Conclusions : Les échantillons en clinique d'adolescents souffrant de maladies mentales passent plus de temps à des activités liées aux médias électroniques et sont plus susceptibles de jouer à des jeux vidéo violents, comparativement aux adolescents de la population générale. …