Slobodan Milosevic and the Destruction of Yugoslavia

Article excerpt

Louis Sell. Slobodan Milosevic and the Destruction of Yugoslavia. Durham: Duke University Press, 2002. xviii, 412 pp. Notes. Bibliography. Index. $34.95, cloth.

Ce livre est a la fois une biographie politique de Slobodan Milosevic, l'ancien president de la Serbie et de la Republique Federale de Yougoslavie (creee en 1992 et composee de la Serbie et du Montenegro), une histoire de la destruction de la Yougoslavie, comme son sous-titre l'indique, ainsi qu'une analyse de l'espace politique post-yougoslave recompose. Milosevic et son projet politique, la Grande Serbie, sont au centre des interets de l'auteur de ce livre. Pendant treize ans, entre 1987 et 2000, alors que Milosevic regnait sans partage sur la Serbie et la RFY, les deux histoires, celle de Milosevic et celle de la destruction de la Yougoslavie par une suite de guerres de succession, se sont confondues.

Louis Sell est particulierement qualifie pour traiter ces sujets qui sont d'une complexite intimidante, meme pour les historiens et les politologues specialistes des Balkans. Ce diplomate de carriere a passe plus de vingt ans au service du Departement d'Etat des Etats-Unis. Sell a ete en poste pendant huit ans en ex-Yougoslavie, soit a plusieurs intervalles entre 1974 et 2000. Durant son service dans les Balkans, en plus de travailler pour le Departement d'Etat, Sell a aussi ete le conseiller de Carl Bildt, le premier Haut Representant de l'Union Europeenne en Bosnie-Herzegovine (1995-1996), durant l'implantation des Accords de Dayton. En 2000, Sell etait le directeur au Kosovo de l'International Crisis Group (ICG), une Organisation Non Gouvernementale dont l'activite principale est de detecter et d'analyser les conflits internationaux a l'echelle planetaire. Sell apparait donc comme un temoin privilegie de la longue agonie de la Yougoslavie, dont la decomposition a ete un processus politique qu'il a observe de tres pres et dans des lieux geographiques differents: a Zagreb, a Belgrade, au Kosovo et a Sarajevo. Les connaissances accumulees par l'auteur pendant toutes ces annees passees dans differentes capitales des Balkans ont ete habilement incorporees dans son livre, qui suit la trajectoire de Milosevic depuis sa naissance a Pozarevac (une bourgade situee a une heure de Belgrade, celebre par sa prison ou de nombreux prisonniers politiques furent enfermes durant la periode communiste), en passant par son transfert, le 28 juin 2001, devant le Tribunal Penal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye. Milosevic est le premier chef d'Etat, depuis les proces de Nuremberg et de Tokyo, a etre juge par un tribunal international et a etre accuse d'avoir commis des crimes de guerre et un genocide (en Bosnie-Herzegovine) durant l'exercice de sa presidence en Serbie et en RFY.

Dans l'introduction de son livre, Sell nous informe que les analystes de l'Ambassade americaine a Belgrade, ou il fut en poste entre 1987-1991, etaient persuades, au moins un an avant le debut du conflit, "que le divorce en Yougoslavie ne serait pas paisible" (p. 6). Les memes conclusions ont ete presentees par la CIA, en novembre 1990, dans un rapport dont des extraits ont ete publies par le New York Times. Sell ne fait aucune reference au rapport de la CIA. Par consequent, nous ne savons pas si les deux evaluations de la situation en Yougoslavie emanent de la meme source, a savoir l'Ambassade americaine de Belgrade, ou si l'analyse de la CIA a ete faite independamment de celle de l'Ambassade. Mis a part le premier chapitre, qui trace les donnees biographiques de Milosevic avant qu'il ne devienne le leader politique de la Serbie, et le dernier chapitre, qui traite de la chute de Milosevic et de son transfert a La Haye, les onze autres chapitres du livre analysent les activites de Milosevic et sa "contribution" a la desintegration de la Yougoslavie. Tout au long de son livre, Sell se penche sur la dynamique interne de la desintegration de la Yougoslavie tout en analysant en meme temps les reactions de la Communaute internationale a l'egard de la crise des Balkans. …