Academic journal article The Romanic Review

Voyage a Moscou Au [XVI.Sup.E] Siecle. la Russie Vue Par Un Ambassadeur Occidental et Un Mousquetaire Francais

Academic journal article The Romanic Review

Voyage a Moscou Au [XVI.Sup.E] Siecle. la Russie Vue Par Un Ambassadeur Occidental et Un Mousquetaire Francais

Article excerpt

Dans la langue du [XVI.sup.e] siecle, le mot voyage, du latin viaticum, "argent pour un voyage", puis "provisions de voyage", d'ou "chemin a parcourir", a souvent, selon les dictionnaires etymologiques, le sens d'expedition militaire. Au Moyen Age "voyage" signifiait le plus souvent "pelerinage" et "croisade", de la aussi "expedition guerriere", et le sens actuel ne parait que vers la fin du [XVI.sup.e] siecle, c'est-a-dire au moment ou les gens commencaient a se deplacer souvent et pour des raisons diverses, mais rarement pour le plaisir, car le voyage a l'epoque etait rarement un plaisir. Au [XVI.sup.e] siecle, les progres de la navigation etaient plus importants que ceux des deplacements par voie de terre, puisque les grands voyages de decouvertes et l'instauration de relations regulieres avec l'Amerique et l'Extreme-Orient comptent parmi les faits majeurs de l'epoque. Or un des mondes qu'il restait a decouvrir et a explorer se trouvait non pas au-dela des mers ou des oceans, mais en Europe meme, aux confins des terres de culture et de religion romaines, en Russie, vaste pays orthodoxe tout proche et presque inconnu des Occidentaux de l'epoque.

Il peut paraitre surprenant que la Russie ait ete coupee du reste de l'Europe au [XVI.sup.e] siecle, mais plusieurs facteurs expliquent cette separation. D'abord le schisme de 1054, ensuite la ruee mongole ou les invasions des peuples de la steppe, enfin le fait primordial que les Russes etaient mefiants de nature et de culture a l'egard de l'etranger, peu enclins donc a accepter ou recevoir des visiteurs venant de l'exterieur (1). Par consequent, pendant toute une longue periode de son histoire, le pays a vecu a part, avec ses traditions, sa langue et sa religion. Son evolution intellectuelle et culturelle n'a donc pas connu les memes etapes que le reste de l'Europe, d'ou la surprise, voire le choc, des premiers voyageurs occidentaux decouvrant ce nouveau monde, si proche et cependant si different culturellement du leur. Parmi les premiers explorateurs du pays etaient les Venitiens, qui possedaient des colonies en mer Noire, mais ils n'ont pas laisse de temoignage ecrit de leurs voyages ni de leurs impressions. Ils ont ete suivis de pres par le baron allemand Sigismund von Herberstein qui, en tant qu'ambassadeur du Saint-Empire romain et germanique a Moscou, a longtemps sejourne en Russie et a deux reprises, en 1517 d'abord, puis a nouveau en 1526. De retour dans son propre pays, il publie a Venise en 1549 ses Rerum moscoviticarum Commentarij, ouvrage qui fait date. Car meme si d'autres livres similaires etaient anterieurs au sien, ceux par exemple de Joannes Faber (1478-1541), fonctionnaire papal et auteur d'une Moscovitarum iuxta mare glaciale religio (Bale, 1526), ou le De legatione Basilij (Rome, 1525) de l'historien Paulus Jovius (i.e. Paolo Giovio ou Paul Jove), et que ses contemporains savaient deja qu'il y avait un peuple chretien schismatique groupe autour d'une ville appelee Moscou, le sien est le premier ouvrage ecrit par un Occidental ayant lui-meme fait le voyage a Moscou, sachant le russe et parlant en connaissance de cause des choses qu'il avait vues et entendues. C'est donc par l'intermediaire de son livre--qui sera traduit rapidement dans la plupart des langues europeennes, le francais mis a part--que l'Europe de l'ouest va decouvrir l'histoire et la culture de la Russie du [XVI.sup.e] siecle. Cette premiere edition, corrigee et completee par l'auteur lui-meme, sera republiee a Bale en 1556, avec, en appendice, l'ouvrage de Paulus Jovius (2).

Ne en 1486 a Wippach (l'actuel Vipava) en Styrie, Herberstein parlait et ecrivait l'allemand ainsi que le slovene et le russe, mais aussi le latin, la langue de la diplomatie europeeenne de l'epoque et de son livre. Pendant la periode de ses etudes a l'Universite de Vienne, il aurait pu se familiariser avec la nouvelle science humaniste de la chorographie, a laquelle il aura recours dans sa description geographique de la Russie (3). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.