Academic journal article Quebec Studies

Entre la Fuite et la Quete: Le Parcours Problematique Du Narrateur Dans Deux Romans De Louis Gauthier

Academic journal article Quebec Studies

Entre la Fuite et la Quete: Le Parcours Problematique Du Narrateur Dans Deux Romans De Louis Gauthier

Article excerpt

Paru en 2002, Voyage au Portugal avec un Allemand remporte aussitot le Prix du Livre de Montreal. Les eloges se suivent rapidement: oeuvre qui "parle de solitude, d'amour et du sens de la vie" (1) affirme le communique diffuse par la Ville de Montreal annoncant le choix du jury; roman qui permet d'"entrevoir le vide ou la grandeur" que revetent les mots, selon Caroline Montpetit au Devoir; "histoire sans interet. Et pourtant obsedante. Organique. Un champignon magique," au dire de Pierre Foglia a La Presse. (2) Ce court recit est le dernier d'une serie qui, pour le moment, constitue une trilogie, mais qui laisse supposer que d'autres volets s'y ajouteront. Le cycle commence par Voyage en Irlande avec un parapluie (1984) et se poursuit avec Le Pont de Londres (1988). (3) C'est en juxtaposant ces trois textes que l'on constate a quel point ils sont relies: linearite chronologique, narration a la premiere personne, reseau thematique semblable. A vrai dire, ils se lisent necessairement comme des chapitres derivant d'une source narrative unique, car il s'agit apparemment d'un seul et meme personnage qui prolonge chaque fois les errances entamees dans le recit precedent. Si l'escale londonienne (nommee avec a-propos) sert de pont narratif entre les recits irlandais et portugais, ce sont les deux "voyages," de par leur titre se faisant l'echo l'un de l'autre, qui nous interessent pour les fins de cette analyse.

Ecrits comme ils le sont a presque vingt ans d'intervalle, comment placer ces romans d'illusions et de desillusions dans le corpus litteraire du Quebec contemporain? Amorcent-ils un debat sur le concept identitaire? Font-ils abstraction de la notion de la specificite quebecoise ou, au contraire, l'integrent-ils dans leur espace textuel? Pour tenter de repondre a ces questions, nous nous en proposons un examen sous les angles de la topographie, de la specularite, et de l'extraneite--optique tripartite qui se revele particulierement utile pour approfondir le tissu semantique de ces deux oeuvres.

Une topographie postmoderne?

De prime abord, Voyage en Irlande avec un parapluie et Voyage au Portugal avec un Allemand ressembleraient a des recits plus ou moins conventionnels. Effectivement, en leur appliquant la definition du roman traditionnel proposee par Robidoux et Renaud, on s'apercoit qu'elle ne se dement pas, et ce malgre les annees qui se sont ecoulees depuis qu'elle a ete formulee: "Le roman ... est un art qui fait etat de la duree. Il donne une forme a cette duree humaine, parfois exaltante mais souvent terne et grise" (12). Si ce critere romanesque s'avere pertinent dans le cas des oeuvres que nous interro geons, c'est que Gauthier semble y echafauder une continuite temporelle a partir d'evenements vecus par son narrateur en enchainant bout a bout les instants relates pour creer l'impression d'une duree soutenue. Le temps pese constamment sur cet etre fictionnel tout au long de son cheminement vers l'Inde.

Toutefois, en pretant un oeil plus attentif a Voyage en Irlande, on se rend compte que la duree y est volontairement trompeuse car il ne s'agit que d'une serie d'actes et d'instants passagers qui se succedent: "Il est quatre heures de l'apres-midi" (9); "Maintenant il est cinq heures" (12); "J'allume une cigarette" (14); "Je regarde le paysage" (15). Il en va de meme pour Voyage au Portugal: "Au restaurant de l'hotel, je decide de prendre le menu du jour" (18); "Je sors. Je fais quelques pas dans le quartier" (19); "Je rentre bientot a l'hotel et monte me coucher" (19); "J'allume la lampe sur la table de chevet" (20); "Six heures et je suis seul dans mon lit" (20); etc. La perspective de l'univers qui en decoule n'est ni globale ni coherente mais, au contraire, subjective et fragmentaire.

Comme on le sait, la notion de "duree humaine" a radicalement change au cours de l'ere postmoderne, ou l'ephemere est a l'honneur. La progression logique, l'intentionnalite des actes, la croyance en des hierarchies et des objectifs a atteindre ont cede la place a la discontinuite, au hasard, au spectacle du transitoire. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.