Academic journal article The Romanic Review

Ellipse et Reduplication: L'obsession Du Vide Chez Patrick Modiano

Academic journal article The Romanic Review

Ellipse et Reduplication: L'obsession Du Vide Chez Patrick Modiano

Article excerpt

Oscillant entre une modernite difficile a cerner et un classicisme teinte de nostalgie, entre le reperable etl'onirique, l'art romanesque de Patrick Modiano, celui des premieres annees surtout, entame, afin de les conjurer, un dialogue avec les spectres de la guerre, de l'occupation et de la collaboration. Une fois vide, l'abces cause par ce traumatisme collectif laisse un manque, tant politique que psychologique, auquel la narration modianesque semble vouloir pallier. Mais en meme temps, cet univers se nourrit de faits personnels, d'une jeunesse ressentie comme une solitude et marquee par une mere souvent absente et un pere oblige pendant des annees de dissimuler ses origines juives. L'auteur lui-meme ne dit-il pas que ses deux premiers romans, La Place de l'Etoile et La Ronde de nuit, sont agences respectivement autour de "la recherche d'une identite" et paradoxalement d'une "fuite instinctive devant toute identification" (cite par Montalbetti 42)? Convergence remarquable donc du sort individuel de l'auteur et du drame national, il devient rapidement evident que les obsessions dont se construit l'univers modianesque ne sont pas un cas particulier puisque "l'absence de liens avec un pere credible et la qualite d'apatride sont des images paradigmatiques pour toute sa generation" (Nettelbeck/Hueston 7).

Toutefois, cette attention portee a des realites historiques, ce besoin de demystifier les assises de la conscience sociale par une representativite voulue, cede lentement la place a des interets proprement litteraires lorsque l'enfance de l'auteur et les fantomes de l'occupation se muent en expressions metaphoriques du manque dont ces deux experiences sont generatrices(1). Ce sont bien des sentiments de vide et d'absence qui l'emportent dans les textes modianesques pour en orienter l'enonce et l'enonciation. Or, ce phenomene de l'in-l'incompletude se voit multiplie selon un processus recursif qui constitue l'un des procedes scripturaux de base de l'auteur et qu'il importe de considerer de plus pres dans deux oeuvres recentes de son corpus romanesque: Vestiaire de l'enfance (1989) et Voyage de noces (1990). Ce parcours analytique vise donc a mettre en relief des pratiques elliptiques et iteratives par lesquelles le lecteur est convie a participer activement a la creation du recit et qui s'y manifestent aux niveaux du narrateur-narrataire ainsi que du code et de la diegese. Il faut ajouter que c'est effectivement la reduplication qui, en tant que moyen important d'autoreflexion(2), nous permet de parler d'autorepresentation au "second degre" dans le texte modianesque car, pour emprunter une expression de Jean Ricardou, par son entremise l'auteur met en spectacle "l'un des mecanismes par lesquels s'organise [sa] fiction" (Nouveaux Problemes 104).

Une lecture attentive de la scene liminaire de ces deux romans revele que, des la premiere lexie, et meme des l'incipit, se deploient les dispositifs dont l'auteur se servira pour echafauder l'integralite de ses recits. Dans Voyage de noces, le narrateur, en transit vers Paris, echoue a Milan, "le lendemain du 15 aout" (9), ou il entrevoit "le spectacle de cette ville deserte" (11). Pendant ses quatre heures d'escale, il se refugie de la chaleur dans l'obscurite d'un bar d'hotel ou il apprend qu'une Francaise s'etait suicidee "la veille du 15" (10). Apres une breve excursion dans une librairie, le narrateur retourne a l'hotel ou le barman, qui "n'avait pas pu [...] fournir beaucoup de details" (10) a la police sur cette femme, lui parle de nouveau du suicide. Tout d'abord, on apercoit que le point de repere temporel de cette sequence inaugurale, le 15 aout, designe un vide puisque les dates significatives, sans etre mentionnees, sont le 14 (jour ou la femme se tue) et le 16 (jour ou le narrateur apprend cet evenement). Ce vide, d'ailleurs, fait pendant a celui, tres discret, represente par ces quatre heures passees a Milan qui sont le temps mort du voyage que fait le narrateur, son attente entre deux trains. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.