Academic journal article Canadian Public Administration

Les Gestionnaires De L'ombre: Les Directeurs De Cabinets Ministeriels Quebecois

Academic journal article Canadian Public Administration

Les Gestionnaires De L'ombre: Les Directeurs De Cabinets Ministeriels Quebecois

Article excerpt

Le mystere entourant les cabinets ministeriels

Les cabinets ministeriels regroupent le personnel qui travaille dans l'environnement immediat des ministres. (2) Leurs fonctions multiples peuvent se resumer a appuyer le ministre dans ses nombreuses taches de ministreet de depute representant un comte.

L'affirmation que les cabinets ministeriels existent pour appuyer les ministres devrait soulever l'interet de quiconque s'interesse au travail de ces derniers, aux mecanismes des decisions ministerielles, a l'interface entre les decideurs politiques (les ministres) et l'appareil administratif qu'incarnent les sous-ministres. Pourtant, le fonctionnement des cabinets ministeriels a ete peu etudie. En effet, depuis que l'Americain Woodrow Wilson (3) s'est fait l'avocat du principe de la separation entre le pouvoir politique et l'administration--un principe encore largement promu dans les regimes politiques democratiques occidentaux--on a davantage analyse les appareils administratifs, negligeant du coup les relations entre ces derniers et leurs responsables politiques, les ministres. Cette lacune peut aussi s'expliquer par les opinions souvent peu flatteuses vehiculees au sujet du personnel de cabinets ministeriels : un personnel souvent jeune, peu experimente et dont les contacts partisans, davantage que leurs competences, leur vaudraient d'etre en poste. En outre, on leur reproche souvent d'etre imbus d'un pouvoir emprunte, pretentieux et hostiles a l'endroit de la << machine >> administrative. (4) Bref, il semble toujours exister un certain mystere sur les roles joues par les personnels des cabinets ministeriels et sur leur facon d'exercer ces roles.

Nous avons choisi d'etudier les roles des directeurs et directrices des cabinets ministeriels qui occupent une position privilegiee pour influencer leur ministre et les gestionnaires des echelons superieurs d'un ministere. Leurs roles ont ete discutes avec eux sous quatre angles : celui de leurs relations avec leur ministre, celui de la gestion du personnel du cabinet, celui de l'interface avec l'administration du ministere, et enfin les contacts qu'ils peuvent devoir etablir ou entretenir avec des personnes ou organismes exterieurs au ministere. L'analyse de ces discussions s'est appuyee sur le modele d'Henry Mintzberg sur les roles des gestionnaires.

La presente etude n'est pas la premiere a s'interesser aux cabinets ministeriels tels qu'on les retrouve dans le systeme politique canadien, en particulier au sein du gouvernement federal et du gouvernement du Quebec. De maniere generale, les auteurs considerent que les cabinets ministeriels constituent un maillon essentiel de l'interface entre le ministre et le sousministre, entre les spheres administrative et politique, et qu'une faiblesse dans cette interface peut hypothequer le fonctionnement du systeme. (5) Obsbaldeston (6) precise pour sa part que les << bonnes >> decisions d'un gouvernement tiennent en partie a la qualite de cette interface; decisions qui doivent s'appuyer sur les analyses produites par l'administration mais egalement sur des analyses politiques, partisanes ou non, qui sont du ressort des cabinets ministeriels.

Le partage des fonctions ou roles entre l'administration et les cabinets des ministres ne fait apparemment pas consensus. Ceci peut s'expliquer par le fait que les roles des cabinets ministeriels et de leurs personnels ne sont pas precises ni reconnus formellement et que leur influence tient au controle qu'ils exercent au chapitre de l'acces aux ministres et a la possibilite de parler en leur nom. (7) Ainsi pour Flemming (1997), (8) les fonctions de ces personnes qui << travaillent dans le secteur public [et] sont remunerees a meme les deniers publics >> se limitent a << assister les elus dans leur roles de politiciens et non celui de legislateurs, d'administrateurs et d'elaborateurs de politiques' >> (p. 70). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.