Academic journal article Canadian Ethnic Studies Journal

Multiculturalisme Cosmopolite et Multiculturalisme Pluraliste

Academic journal article Canadian Ethnic Studies Journal

Multiculturalisme Cosmopolite et Multiculturalisme Pluraliste

Article excerpt

ABSTRACT/RESUME

The discussions on the need to integrate minority groups, and particularly the debates on recoguizing special rights, are often tinged with ideological and philosophical considerations that discredit some demands to recognize specific group rights. That attitude is not simply a denial of difference: it actually causes major and dangerous theoretical confusion that distinguishes or opposes cosmopolitan multiculturalism and pluralist multiculturalism. We are developing the idea that this debate reveals a fundamental problem with the main political undercurrents which seem unable to look at political and social integration from a perspective other than that of homogeneity (cultural, ethnic, linguistic, etc.). Another perspective, for example, may proceed from an intersubjective view of sovereignty.

Les discours sur la necessite d'integrer les groupes minoritaires, notamment les debats entourant la reconnaissance de droits speciaux, sont souvent teintes de considerations ideologiques et philosophiques qui ont pour effet de disqualifier certaines revendications pour la reconnaissance de droits collectifs particuliers. Or il semble qu'une telle attitude, loin de relever d'un simple refus de la difference, procede en realite d'une confusion theorique importante et dangereuse qui distingue ou oppose multiculturalisme cosmopolite et multiculturalisme pluraliste. (1) Nous developpons l'idee que ce debat revele une difficulte fondamentale des courants politiques dominants a penser l'integration politique et sociale autrement qu'en termes d'homogeneite (culturelle, ethnique, linguistique ou autre), par exemple en partant plutot d'une conception intersubjective de la souverainete.

INTRODUCTION

Suite aux debats souvent controverses des dernieres annees, le concept de multiculturalisme est devenu un concept pour le moins malaise a saisir et a apprehender, tant il en existe de variantes (e.g., multiculturalisme corporatif; multiculturalisme communal; multiculturalisme liberal; multiculturalisme cosmopolite; multiculturalisme europeen, canadien), et tant il a donne lieu aux appreciations les plus contrastees. S'il est presente par les uns comme solution prometteuse aux problemes d'integration propres aux etats pluriculturels et pluriethniques contemporains (Kymlicka 1989a, 1995, 1998, 2000; Spinner 1994; Taylor 1992), il est cependant decrie par les autres comme une voie dangereuse pour la cohesion sociale, comme une perversion fondamentale de l'ideal democratique, comme une " ethnicisation " des rapports sociaux, enfin comme une remise en cause de la notion meme de citoyennete (Barry 2001; Hollinger 1995; Sartori 2003). (2)

On comprend des lors pourquoi le discours sur la necessite de trouver de nouveaux modes d'integration des communautes ethniques, linguistiques ou culturelles minoritaires, et en particulier le debat portant sur la reconnaissance de droits speciaux a celles-ci, connait une effervescence particuliere depuis une quinzaine d'annees, comme en temoigne l'abondante litterature sur le sujet (Barry 2001; Berten et al. 1997; Schlesinger 1999). C'est que, loin d'etre un exercice purement intellectuel, ce debat porte en realite sur des questions aussi centrales qu'epineuses qui constituent depuis toujours l'arriere-plan de toute reflexion politique authentique sur le bien vivre ensemble: question de la rationalite des valeurs ou des conceptions du bien; (3) question de la constitution du sujet (i.e., de ce qui est constitutif de l'identite du sujet); question de la citoyennete et de son rapport avec l'identite (qu'elle soit individuelle, collective, ethnique ou culturelle) et la nationalite; question de l'integration sociale dans un monde off les traditions culturelles, religieuses ou nationales semblent avoir definitivement perdu leur effectivite; question aussi de la justice politique (c'est-a-dire de la meilleure maniere de gerer les inegalites et les injustices qui se sont accumulees dans nos societes, au demeurant prosperes, a la faveur des anciennes politiques de redistribution fondees sur des principes insensibles a la diversite des situations des individus), etc. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.