Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Madame De Stael et Victor Hugo Face a la Realite et la Legende Napoleoniennes

Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Madame De Stael et Victor Hugo Face a la Realite et la Legende Napoleoniennes

Article excerpt

LITTERATURE ET POLITIQUE

Des avant l'Empire, le salon parisien de Mme de Stael, ou se retrouvaient ecrivains et hommes politiques d'horizons divers (y compris les freres de Napoleon, Lucien et Joseph), constituait une menace pour le Premier Consul, qui chercha a l'eloigner progressivement de la capitale, avant de la bannir du pays. Pour Polowetzky, Stael etait "the uncontested leader of the liberal opposition" (121), grace a l'influence de ses livres et de son salon, qu'elle reconstitua a Coppet durant son exil. Stael presenta son salon comme l'un des lieux ou l'elite parisienne avait la possibilite de se reunir et de converser librement:

   Mon hiver a Paris se passa tranquillement, le n'allais jamais chez
   le Premier Consul; je ne voyais jamais M. de Talleyrand. Ie savais
   que Bonaparte ne m'aimait pas, mais il n'en etait pas encore arrive
   au degre de tyrannie qu'on a vu se developper depuis. Les etrangers
   me traitaient avec la pius grande distinction; le corps
   diplomatique passait sa vie chez moi et cette atmosphere europeenne
   me servait de sauvegarde. (Dix Annees d'exil 104)

Dans "Les Rapports de l'ecrivain et du pouvoir" (137-54), Balaye a analyse le refus de Stael de se conformer au modele qu'avait elabore le regime napoleonien pour les ecrivains, un modele esthetique et public lie aux besoins de la propagande: "Mme de Stael considere la litterature comme sacree; [Napoleon] a d'elie comme de la religion la meme conception utilitaire; il faut que les pretres et les ecrivains contribuent a la puissance et a la gloire de l'Etat et de son chef" (143). Il n'est guere surprenant qu'elle ait ete sanctionnee en raison de sa conduite et de ses ecrits, surtout apres la publication de De l'Allemagne en 1810. (1) Ses conflits continuels avec le pouvoir politique ne se limitaient pas a la question du role social des ecrivains, puisque meme les choix esthetiques de Napoleon comportaient des ramifications politiques indirectes. Le gout de Stael pour les innovations litteraires d'origine etrangere etait automatiquement suspect: "La encore, elle s'oppose a Napoleon qui fait donner en exemple aux litterateurs le siecle pour lui le pius utile, le XVIIe aux ordres de Louis xiv, donc les regles litteraires alors en usage qui ne peuvent etre que sterilisantes pour la litterature d'un temps nouveau" (Balaye 144). Dans Considerations, Stael se depeint initialement comme une admiratrice de Bonaparte, un general victorieux qui semblait soucieux de proteger la Republique. Cependant, elie percut rapidement que le heros de la campagne d'Italie etait devenu un intrigant politique, ambitieux et sans scrupules, apres l'avoir rencontre a Paris: "La force de sa volonte consiste dans l'imperturbable calcul de son egoisme; c'est un habile joueur d'echecs dont le genre humain est la partie adverse qu'il se propose de faire echec et mat" (338).

Dans ses oeuvres, Stael attenua son role politique, se presentant generalement comme une victime innocente, au lieu d'insister sur ses activites d'opposante au regime napoleonien. Stael recula egalement le moment ou elle commenca a comprendre ses intentions: "le devinai plus vite que d'autres, et je m'en vante, le caractere et les desseins tyranniques de Bonaparte" (Considerations 386). En diminuant son role politique, elie pouvait accentuer le contraste entre ses activites litteraires, apparemment inoffensives, et la ferocite de la censure et du bannissement qu'elle dut subir. Elie exprima ce contraste sous la forme d'un affrontement personnel, d'un long et inegal combat entre Napoleon et elle-meme (c'est-a-dire entre les representants personnifies d'un pouvoir implacable et de la pensee autonome). Cette dichotomie personnifiee produisait l'effet intentionnellement paradoxal (etant donnee l'auto-diminution du role de Stael) de magnifier son statut d'antithese culturelle et politique de ce que Napoleon representait: "Stael has linked her fame to Napoleon: like Byron, she thus creates her own myth, both in her lile and in her books" (Isbell l05-06). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.