Academic journal article The Canadian Review of Sociology and Anthropology

La Grande Faucheuse D'enfants: La Mortalite Infantile Depuis le Tournant Du Siecle

Academic journal article The Canadian Review of Sociology and Anthropology

La Grande Faucheuse D'enfants: La Mortalite Infantile Depuis le Tournant Du Siecle

Article excerpt

En 1912 se tenait, a Montreal, une exposition pour le bien-etre de l'enfance. Sur une affiche, on pouvait lire ce qui suit: <> Trente-cinq ans plus tard, L'Union medicale du Canada(1) affirmait: <> (UMC, mars 1950: 285).

De prime abord, rien ne semble differencier ces deux textes. Pourtant, ils designent deux formes de mortalite infantile (desormais appe1ee m.i.) assez differentes l'une de l'autre. Or, en quoi different-t-elles?

L'objectif de cette analyse consiste moins a examiner l'evolution de la m.i. au Quebec, en constante regression depuis la fin du [XIX.sup.e] siecle, qu'a distinguer des periodes et des etapes dans la lutte engagee pour la contrer. Si l'on accepte l'hypothese selon laquelle la m.i. constitue une caracteristique globale d'une societe et de son developpement, alors la question de fond devient: comment et quand ont change les pratiques sociales - comportements et representations - des adultes a l'egard de la vie et de la mort des enfants? Comment s'est effectuee la regulation des pratiques sur ce plan?

Il parait des lors probant de distinguer deux periodes dans le phenomene de la m.i. La premiere s'etend du debut du siecle jusqu'a la Deuxieme Guerre mondiale et l'autre periode, de 1940 jusqu'aux annees quatre-vingt. La premiere est caracterisee par la lutte aux causes exogenes de m.i. alors que la deuxieme l'est par un combat contre les causes endogenes. Que se joue-t-il dans ce passage d'un point de vue sociologique?

A l'interieur de ces deux periodes qui couvrent plus de trois quart de siecle, on differenciera deux etapes dans le recul de la m.i. La premiere concerne l'amelioration des conditions sociosanitaires des populations; la seconde a trait a la regulation des pratiques sociales et aux campagnes d'education populaire.

La mortalite infantile du tournant du siecle e la Deuxieme Guerre mondiale

Etat de la situation: la mortalite infantile en perspective

A l'epoque, on l'appelait la grande faucheuse d'enfants. Si le Quebec connaissait - et c'est surtout cela qui est grave dans l'imaginaire collectif - des taux de fecondite eleves, les taux de m.i. etaient fort importants et, sur une base strictement comparative, plus eleves qu'ailleurs.

J. Henripin avance <> (Henripin, 1961: 3). Qu'on imagine: 25 % des enfants, cela donne une idee de l'ampleur du phenomene. Au tournant du siecle, la m.i. atteignait des proportions telles qu'on parlait alors de fleau: le libelle de l'affiche de l'exposition sur le bien-etre de l'enfance indique de facon adequate le sentiment tragique lie a ce phenomene.

D'autres travaux concordent avec ce constat. Ainsi, l'<> (Pierre-Deschenes, 1981: 366). <> (Thornton et coll., 1988: 317).

Du quart qu'elle etait au tournant du siecle, sommet jamais egale par la suite, la m.i. decline progressivement en 1926 jusqu'a 142 deces pour 1 000 naissances vivantes. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.