Academic journal article The Romanic Review

Le Pouvoir Absolu De la Haine, la Passion Du Politique Dans 'Les Fables' De la Fontaine

Academic journal article The Romanic Review

Le Pouvoir Absolu De la Haine, la Passion Du Politique Dans 'Les Fables' De la Fontaine

Article excerpt

"L'inattendu fuse on ne sait d'ou. Les profonds dessous de la vie

sont redoutables. Il n'y a point de haine petite. La haine est toujours

enorme. Elle conserve sa stature dans le plus petit etre, et reste

monstre. Une haine est toute la haine".

(V. Hugo, L'Homme qui rit, Paris, Seuil, 1963, p. 274).

"Cette passion est immortelle".

(J.F. Senault, De l'usage des passions, Paris, 1641, p. 212).

"Tous les hommes se haissent naturellement l'un l'autre"

(Pascal, Pensees, Laf. fr. 210)

Au pays des Fables, on fait souvent de bien "mauvaises rencontres"(1): au detour d'un terrier(2), a l'oree de la foret, sur la rive d'un ruisseau(3), tout a coup peut surgir l'autre, presque toujours plus fort. Derriere leurs decors de pastorales, les Fables parlent du fond des bois, du plus loin d'un etat de nature impitoyable et carnassier. Le face-a-face des betes tourne bien vite a un duel dont l'issue se calcule, sauf ruse de derriere minute, a l'aune des forces en presence:

"[ . . . ] l'animal est saisi non point dans ses formes, mais dans ses

fonctions les plus directes, precisement dans ses fonctions

d'agression (. . .). Le vouloir-vivre est ici un vouloir-attaquer"(4).

L'agneau(5), lui, salt des joies plus saines: quelques lapees, voila tout ce qu'il demande a la nature, geste idyllique qui accorde l'animal avec la fluidite du paysage bucolique, le "courant d'une onde pure". Surgit de la foret, espace autrement menacant, le loup, le pourfendeur de troupeaux. Avec le loup, "survient" la nature, non pas la suavite et la purete de l'onde mais la violence torrentielle, "l'etre-la" de la force:

"Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?

Dit cet animal plein de rage?" (v. 7-8).

La parole du loup resonne encore de la brutalite de l'attaque. Nes de la foret, de la profondeur du lieu barbare, les mots, portes par la colere, agressent. A travers eux, par leur rage, le fort penetre le corps du faible. Le loup parle comme s'il transmettait un poison. La logique tenace de l'enrage est guidee par sa finalite: mordre. Et le loup, dans tout le dialogue, n'en demordra pas, comme s'il voulait communiquer a l'agneau, en forcant ses mecanismes de preservation, sa pulsion de mort pour mieux le vaincre, sans la necessite de le convaincre. Souiller l'innocence de l'agneau et le tuer, tel est le programme sadique de l'enrage, tel est l'apogee de l'animalite. Cette morsure inverse radicalement toute prehension euphemique et heureuse: "je tette encor ma mere" (v.21), geint l'agneau, bouche ouverte, deja nostalgique de l'eau a peine bue et du lait nourricier de la bergerie.

Le loup mange l'agneau mais le manger ne met pas seulement un terme a un besoin elementaire et necessaire, il resout une passion dont nous saisissons la violence dans la force liberee, outranciere, de la bete: le loup hait l'agneau. Affirmation de la force, la haine surencherit sur l'acte de devorer. Dans le combat des forces, guerre de tous contre tous qui definit les rapports de nature dans les Fables, la haine decouvre et excite la force dans son desir d'atteindre l'absolu, pour se consoler de n'y parvenir jamais definitivement(6).

Le loup n'emporte pas sans delai sa victime: il prend le temps de parler, et, dans cette parole, il laisse courir sa haine. Grace a l'arret de la force primitive, il etend son empire hors de la sphere habituelle de son pouvoir, la sombre foret, jusqu'a la bergerie(7). La force accroit sa puissance aux signes du langage. Parler, pour le loup, c'est reflechir dans l'infini des signes sa toute-puissance face au naif agnelet: la parole est la plus-value de la force accumulee, rechargee par l'expression passionnelle; elle est hypotypose de la haine.

C'est, en realite, dans la voix que s'echange et s'articule la presence de la passion, l'eclat de la rage(8) et sa representation en moss. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.