Academic journal article Canadian Journal of Regional Science

Joint Governance: A Powerful Driver of the Development of Rural communities/La Gouvernance Partenariale: Un Facteur Determinant Du Developpement Des Communautes Rurales

Academic journal article Canadian Journal of Regional Science

Joint Governance: A Powerful Driver of the Development of Rural communities/La Gouvernance Partenariale: Un Facteur Determinant Du Developpement Des Communautes Rurales

Article excerpt

Abstract

Joint governance can make a difference in the trajectory of development of any rural community, be it classed as leading, stable or lagging. This governance model manifests itself through a balanced participation of various actors in community decision-making. By various actors, we mean the private sector, local government and civil society or citizens. Such joint governance, and the territorial management associated with it, seems to be more frequently present in leading communities such as in the village of Doaktown studied in this article. That kind of governance contrasts significantly with what we found in the lagging community facing economic and social decline. Local governance in Lomer (fictional name) seems monopolised by local groups (clans) not interested in the well-being of the whole community but in the promotion of their specific interests. These case studies show how, for the leading community, specific social rules emerge and contribute to effective local governance and, for the lagging community, how unresolved local conflicts generate a cycle of devitalisation that is difficult to reverse.

Resume

Une gouvernance partenariale peut faire une difference dans l'evolution de la trajectoire de developpement des communautes rurales qu'elles soient en croissance, stables ou en declin ou devitalisation. Elle designe un modele de gouvemance ou se manifeste un equilibre dans la participation a la prise de decision sur les affaires locales entre les trois grandes forces presentes localement, soit le pouvoir politique local, le secteur prive et la societe civile ou les citoyens. Cette forme de gouvernance, tout comme la gestion territoriale qui lui est associee, est plus frequente dans les communautes dynamiques comme dans le cas de Doaktown etudie ici. Ce type de gouvernance diff'ere considerablement pour les communautes en declin social et economique. La gouvernance locale dans le village de Lomer (nom fictif) semble etre monopolisee par certains groupes locaux (clans) voulant faire devancer leurs propres interets aux depens du bien-etre de la communaute. Ces deux analyses de cas montrent comment se mettent en place les regles sociales contribuant a une gouvernante efficiente dans un cas et comment l'incapacite a resoudre les conflits locaux dans l'autre cas resulte de l'instauration d'un cycle de devitalisation qui est difficile a renverser.

**********

Pendant longtemps, des politiques de developpement regional ont ete mises en oeuvre pour permettre aux regions rurales, generalement en retard sur le plan economique, et le plus souvent isolees, de s'extraire du sous-developpement et de rejoindre les autres regions sur le chemin de la croissance economique et de la prosperite. Cette approche, du haut vers le bas, ou descendante, n'a pas donne les resultats escomptes et on a vu apparaitre des politiques de developpement regional visant souvent des regions rurales et plus recemment des politiques ascendantes dites de developpement local et plus recemment encore des politiques se qualifiant elles-memes de << politiques rurales >>. Que ce soit au Canada avec le Programme de developpement des collectivites qui a donne au Quebec les SADC (Societe d'aide au developpement des collectivites) mieux connues sous le nom de CFDC (Community Futures Development Corporation) ailleurs au pays, en Europe avec le Programme LEADER (Liaison entre les actions de developpement de l'economie rurale) ou aux Etats-Unis avec les Rural Partnerships, il est apparu une nouvelle approche ascendante qui caracterise ces programmes gouvernementaux fortement decentralises avec une participation reelle des milieux locaux a leur gestion. Ce qui est le plus original dans ces programmes, c'est qu'ils reposent sur un nouveau paradigme de developpement, celui du developpement local (placebased development) misant sur le << renforcement des capacites >> (capacity-building).

Pour notre part, en temps que chercheurs associes a l'initiative de recherche sur la Nouvelle Economie rurale, (1) sans nier l'effet de certains facteurs tangibles comme la dotation en ressources, la localisation favorable ou l'acces aux capitaux d'une communaute rurale donnee, nous avons voulu etudier le role de certains facteurs intangibles dans le developpement des collectivites comme le capital social, la mobilisation, le leadership, le renforcement des capacites de developpement dont les capacites de gouvernance (Jean et Ependa 2004). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.