Academic journal article Papers of the Bibliographical Society of Canada

L'Eglise, Les Liberaux et l'Etat : Les Livres De Jeunesse Publies Par Mame Dans le Bas-Canada Du Milieu Du 19e Siecle

Academic journal article Papers of the Bibliographical Society of Canada

L'Eglise, Les Liberaux et l'Etat : Les Livres De Jeunesse Publies Par Mame Dans le Bas-Canada Du Milieu Du 19e Siecle

Article excerpt

SUMMARY

The study of the importation and use of children's books in Canada from 1840 to 1850 that were published in France by Mame, a Catholic publisher, offers a window on social and cultural history. Three groups took responsibility for disseminating these works: the Church, mainly through the intermediary of the Sulcipians; the liberal bookstore Fabre, supplier both to churches and to liberals who used them for matters not related to religion; and finally the state, through its efforts (particularly by P.J.O. Chauveau) to ensure that schools convey a common culture and an outlook on the modern world. Books published by Mame were at the heart of these efforts and served an evolving society that did not want to be bound to the Church--but only after passing through a methodical governmental selection process. Thus the little Mame books, in their polymorphic uses, escaped the culture of Catholicism and reveal tensions that existed at the core of Canadian society.

**********

Les annees 1840-1850 sont pour le Bas-Canada celles de la recomposition. Apres l'echec des Rebellions de 1837-1838, l'Acte d'Union de 1840 oblige a repenser le developpement du Canada francais. L'eglise a trouve une legitimite forte dans la defense de l'ordre colonial comme dans un ultramontanisme de pius en pius affirme et tente de s'imposer comme force motrice de la societe canadienne; les liberaux se divisent, certains luttant toujours pour imposer leur vision nationale, d'autres passam des compromis tant avec l'Eglise qu'avec la Couronne. L'Etat de son cote relance un programme de scolansat o centralise et appuye sur un nouveau corps d'inspecteurs, signe visible d'une volonte de controle social parallele a celle de l'Eglise. On se trouve la au carrefour de notions qui animem l'historiographie la pius recente du Canada: les problemes entrelaces du poids de l'eglise catholique et du liberalisme, de l'insertion de la societe bas-canadienne dans une histoire globale, de l'emergence d'institutions productrices de normes sociales, culturelles, morales (1).

L'histoire du livre peut permettre de revenir sur l'analyse de trois points de crispation qui ont marque ces deux decennies : en adoptant un poste d'observation a priori tres etroit, ce sont des debats majeurs qui sont eclaires d'un jour nouveau (2). Il ne sera en effet question ici que de la circulation au Canada francais des livres pour la jeunesse edites en France par la maison Mame, mais par la meme, il va s'agir aussi de mener une reflexion sur les desseins de l'Eglise, sur les circonvolutions du liberalisme canadien, et sur le role que l'Etat et ses agents attribuent a l'ecole dans la societe.

La maison Mame, creee a la fin du 18eme a Angers et definitivement installee a Tours dans les annees 1820, devient sous la Restauration puis la Monarchie de Juillet un des grands editeurs catholiques francais. Sa longue histoire, jusque dans les annees 1970, est encore mal connue, mais Mame demeure tres fortement associe, entre autres, au livre de jeunesse (3). Et a raison tant depuis les annees 1830 les Mame ont developpe a une echelle industrielle un systeme de collections et de series destine a rayonner sur le peuple catholique francais mais aussi, pius largement, francophone (4). Or le Canada est un marche naturel, meme s'il est reduit, pour un editeur catholique francais.

Ces livres pour la jeunesse arrivent au Canada par trois voies distinctes, qui sont autant de circuits transatlantiques de diffusion du livre. L'Eglise d'abord organise ses propres canaux, et SaintSulpice, pour son (Euvre des Bons Livres fondee en 1844 importe des ouvrages de chez Mame, mais a aussi profite de fonds preexistants. La librairie fait de meme, et Edouard-Raymond Fabre, liberal et fidele de Louis-Joseph Papineau, propose a son catalogue les collections Mame a partir de 1845. Dans la decennie suivante, lorsque Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, surintendant des ecoles pour le Bas-Canada, relance un programme de distribution de livres de prix offerts aux eleves meritants, ce sont des livres francais qui s'imposent, parmi lesquels les Mame. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.