Academic journal article The Romanic Review

L'histoire Litteraire, Sujet De Roman

Academic journal article The Romanic Review

L'histoire Litteraire, Sujet De Roman

Article excerpt

La litterature est un sujet de roman. Pour peu que notre imagination soit bien dressee, c'est-a-dire que nous ayons appris a lire dans Dumas ou Tolkien (ou dans Amadis), nous la percevons d'emblee comme une histoire, ou des histoires enchevetrees et enchassees a la facon des Mille et une nuits, formant une matiere romanesque susceptible de continuations et de reorganisations sans limite. Ce romanesque est d'abord celui des ecrivains, dont la stature pre-foucaldienne n'a guere ete amoindrie par l'annonce de la << mort de l'auteur >> : de leur carriere, et plus encore de leur vocation, ou de leur apprentissage. Tout ecrivain en devenir a quelques traits de Wilhelm Meister. Son histoire se conforme, a travers une infinite de gradations et de variantes, au modele structural de la triple epreuve, car nous n'avons garde la memoire que de ceux qui en sortirent vainqueurs. De l'epreuve qualifiante, on peut donner comme exemple l'investiture par un aine : ce que fait Barres pour Mauriac, Mauriac pour Sollers--ou cette lettre de Breton que Gracq conserve dans son tiroir << comme un brevet de qualification (1) >>. L'epreuve glorifiante, c'est l'entree dans le canon, ou l'acces au statut de << classique >> qui vient d'etre accorde a Perec. L'epreuve principale, ou il faut tuer le dragon, se confond avec la creation elle-meme : c'est la lutte de Flaubert avec la prose << qui n'est jamais finie >>, la lutte de Proust avec ce qu'il nomme sa paresse, etc.--bref, la lutte avec l'ange (que represente un bizarre episode des Faux-monnayeurs). Mais le romanesque peut s'attacher a d'autres aspects de la vie des lettres, et meme prendre une forme theorique. Il y a chez Brunetiere, par exemple, un romanesque de l'evolution des genres (Lanson le lui reprochait) : la tragedie va-t-elle survivre au triomphe de l'opera ? Meme << l'aventure d'une ecriture >> est un motif romanesque, de meme que l'antimetabole est un modele de la peripetie. Et de Bourdieu a William Marx, c'est << la litterature >> qui est devenue l'heroine de sa propre autonomisation, avant que celle-ci l'entraine dans sa chute.

L'histoire litteraire s'est constituee comme discipline scientifique en refoulant cette narrativite envahissante, ou comme disait Nietzsche, anthropomorphismes et tropes repoussent constamment sous nos pas. Elle en perpetuait pourtant dans une large mesure les categories. Mais une consequence de cette position de principe est qu'elle n'a guere prete attention a la representation que la litterature donne d'elle-meme dans le cadre du roman, et plus generalement sous forme fictionnelle. Autant les manifestes d'ecrivains, de la Defense et illustration de la langue francaise a la Preface de Cromwell, ont servi d'armature a la construction de l'histoire litteraire savante, qui en France est dans une large mesure une histoire de la theorie, autant les grands romans de la vie litteraire, comme Illusions perdues ou Anicet, ont ete sous ce rapport negliges. Plus exactement on s'est preoccupe d'expliquer la fiction par la realite en identifiant des << modeles >> (celui de Lousteau, par exemple, ou de Nathan) et des << sources >> (l'article de Jules Janin dont celui de Lucien de Rubempre est un pastiche), sans adopter la demarche inverse, c'est-a-dire sans se demander en quoi la fiction pouvait servir a << comprendre le reel >> (Aragon)--en quoi, par exemple, le contenu narratif et thematique d'Illusions perdues pouvait etre une contribution a l'histoire du romantisme. L'histoire litteraire des universitaires a ignore ces materiaux parce qu'elle les jugeait sans valeur : ils ne sont pas des faits. Il est pourtant clair que la fiction offre, particulierement en regime realiste, des possibilites considerables dans ce domaine. Je vais essayer d'en esquisser quelques-unes.

Auparavant je voudrais preciser ma position sur un point. Je considere l'histoire litteraire comme une representation construite dont la validite doit etre appreciee en termes de factualite, de capacite d'explication et de coherence, comme il est de regle pour le discours historique. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.