Academic journal article Quebec Studies

(In)(ter)dependance Des Litteratures Francophones Du Canada

Academic journal article Quebec Studies

(In)(ter)dependance Des Litteratures Francophones Du Canada

Article excerpt

En 1978, dans L'institution de la litterature, Jacques Dubois tentait de mieux circonscrire la situation des litteratures minoritaires. Dans la typologie qu'il proposait a l'epoque, ces litteratures comprenaient les litteratures proscrites, les litteratures de masse, les litteratures paralleles et sauvages, et enfin les litteratures regionales (191-92). Au sujet de cette derniere categorie, Dubois posait trois questions liees au centre parisien: "existe-t-il une production litteraire delimitable qui soit exterieure a Paris? Quel rapport cette production entretient-elle avec l'institution centrale? Peut-on parler de litteratures regionales (ou nationales) francaises independantes?" (197). Ces questions s'averent egalement pertinentes lorsque l'on aborde les litteratures francophones du Canada. D'ailleurs, au Canada et au Quebec, les relations entre les litteratures de la peripherie et le centre institutionnel ont ete abondamment etudiees depuis la parution de l'ouvrage de Dubois. En empruntant la terminologie du chercheur belge, Rene Dionne faisait paraitre La litterature regionale aux confins de l'histoire et de la geographie en 1993 au moment meme oh on publiait Les litteratures de l'exiguite (1992) de Francois Pare qui allait devenir la reference majeure pour une generation de chercheurs.

Pour mieux comprendre les relations entre les litteratures francophones au Canada, les trois questions de Dubois peuvent servir de point de depart en remplacant Paris, la metropole litteraire par excellence, par Montreal et, par extension, la province de Quebec. Dans sa proposition d'un systeme litteraire francophone, Pierre Halen souligne a juste titre que "[l]e Quebec apparait, et de loin, comme le champ local le plus developpe a l'interieur du Systeme" (32). IL ajoute que "Montreal [agit] comine centre en sol [...] vis-a-vis de zones francophones qui gravitent peu a peu davantage vis-a-vis de Montreal que de Paris" (32). On pense evidemment a l'Acadie, a l'Ontario francais, et dans une moindre mesure a l'Ouest canadien. En fait, Montreal agit comme centre d'un systeme litteraire qui englobe toutes les litteratures francophones du Canada. Dans cet ordre d'idees, la premiere question de Dubois fait presque sourire aujourd'hui. En 2009, la question de l'existence d'une production litterature exterieure au Quebec ne se pose plus comme elle se declinait il y a une quinzaine d'annees. On doit plutot tenter de repondre aux deux autres questions qui peuvent etre resumes ainsi: quel est le mode d'existence privilegie des litteratures francophones du Canada? Dans un premier temps, nous nous pencherons sur la dependance evidente de ces litteratures a l'egard de l'institution litteraire quebecoise. Celle-ci ne fait aucun doute et il serait futile de s'en convaincre autrement. Dans un deuxieme temps, il existe une certaine independance des litteratures francophones du Canada a l'egard de centre montrealais surtout en ce qui concerne le lectorat et l'enseignement. Enfin, nous sug gererons, en conclusion, qu'il existe une forme d'interdependance entre les litteratures francophones du Canada et l'institution litteraire quebecoise.

La dependance des litteratures francophones du Canada a l'egard de l'institution litteraire quebecoise

Dans La republique mondiale des lettres, Pascale Casanova indique que "chaque 'territoire' linguistique comprend un centre qui controle et polarise les productions litteraires dependant de lui" (167). Pour les ecrivains francophones du Canada, ce constat signifie que ceux-ci n'ont d'autres choix que de s'assimiler ou de se differencier par rapport au centre. Ces strategies, que l'on trouve parfois dans les oeuvres litteraires, marquent une certaine dependance de la peripherie envers le centre. Pour prendre un seul exemple relativement connu, les premiers romans de l'ecrivaine acadienne France Daigle tentent avec succes de s'assimiler a la litterature postmoderne (et parfois feministe) des annees 1980 au Quebec et en France alors que l'oeuvre recente de Daigle reussit avec encore plus de succes a se differencier de la litterature quebecoise en utilisant entre autres le chiac dans les dialogues entre les personnages acadiens. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.