Academic journal article The Romanic Review

« le Mystere Dans Les Lettres »: Pragmatiques Oulipiennes Du Secret

Academic journal article The Romanic Review

« le Mystere Dans Les Lettres »: Pragmatiques Oulipiennes Du Secret

Article excerpt

   Tout ecrit, exterieurement a son tresor, doit, par egard envers
   ceux dont il emprunte, apres tout, pour un objet autre, le langage,
   presenter, avec les mots, un sens meme indifferent : on gagne de
   detourner l'oisif, charme que rien ne l'y concerne, a premiere vue.

      Salut, exact, de part et d'autre --Si, tout de meme, n'inquietait
   je ne sais quel miroitement, en dessous, peu separable de la
   surface concedee a la retine--il attire le soupcon : les malins,
   entre le public, reclamant de couper court, opinent, avec serieux,
   que, juste, la teneur est inintelligible (1).

Cette injonction qu'adresse Mallarme, avec toute la fermete requise, a la Litterature, entre ruse apotropaique (pour << detourner l'oisif >>) et prudente economie hermeneutique--la provocation de 1'<< inintelligible >> devant susciter la lecture << soupconneuse >> des << malins >>--decrit assez justement tout un pan de la litterature francaise du siecle ecoule.

Je choisirai cependant de ne pas aborder frontalement la question fondamentale, au sens ou elle porte sur la definition meme des concepts en cause, de l'<< enigmaticite >> de la litterature (2)--a quelles conditions historiques l'enigme pourrait-elle definir la litterarite ?--pour restreindre ici la perspective a un objet precisement circonscrit : la maniere dont l'oeuvre litteraire choisit, le cas echeant, de donner forme a une enigme qui tient alors volontiers le discours, plus familier, du secret.

De fait, le gout des formes--structures, contraintes, figures ...--qui caracterise toute une part de la litterature francaise du vingtieme siecle (prose et vers), loin de renoncer a la definition subjective que l'esthetique romantique avait proposee de l'oeuvre d'art, dorme a la subjectivite auctoriale une existence precisement formelle, telle structure enoncant enigmatiquement un discours intime. A l'imaginaire vertical du texte bien decrit par Mallarme--le << soupcon >> d'un << tresor >> mysterieux nait de la perception incertaine d'un << miroitement, en dessous >>--s'associent alors quelques figures architecturales : celles du memorial, de la crypte, ou du tombeau.

Ces questions de poetique impliquent, plus largement, le probleme, historique, de la definition de differents regimes de litterarite. La litterature contemporaine apparaitrait ainsi, dans une perspective pragmatique, comme un discours fondamentalement paradoxal, une adresse toujours problematique engageant une rhetorique veritablement, et radicalement, << restreinte >> : le texte enigmatique ne suppose en effet une connivence--confiant son secret au << suffisant lecteur >> capable de l'entendre--que pour prononcer ce faisant l'exclusion, complementaire, des lecteurs moins << malins >> (pour reprendre le terme de Mallarme), jusqu'a risquer, parfois, de refermer l'oeuvre sur le cercle intime d'une communaute absolument privee.

Il s'agit en somme, en interrogeant les conditions de possibilite historiques, les modalites esthetiques aussi bien que les consequences theoriques de cette alliance de la forme et de l'enigme intime, de reprendre a nouveaux frais la reflexion sur le formalisme du siecle dernier, a partir de l'exemple privilegie que constitue alors le corpus oulipien.

Poetiques de l'enigme

L'enigme, comme principe de composition litteraire, implique la confrontation de deux imaginaires du texte, communement rapportes aux deux orientations fondamentales de l'espace--l'horizontalite et la verticalite--le texte enigmatique faisant de la verticalite sa dimension propre. L'enigme suppose en effet un recul, voire un recel, du sens, definissant un imaginaire du texte qui joue autour des notions d'etagement, de profondeur.

Or, cerre image verticale d'un texte profond est precisement celle qui caracterise largement la doxa contemporaine--volontiers concretisee en un petit nombre de comparaisons ou de metaphores topiques, fruitieres et potageres : on songe a l'oignon de Barthes (3) ou de Queneau (<< Un chef-d'ceuvre est [. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.