Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Maeterlinck et le Theatre Pour Marionnettes: Alladine et Palomides, Interieur, la Mort De Tintagiles

Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Maeterlinck et le Theatre Pour Marionnettes: Alladine et Palomides, Interieur, la Mort De Tintagiles

Article excerpt

Maurice Maeterlinck est un auteur dramatique de nature double: il cree ses oeuvres en meme temps qu'il se livre a des reflexions sur le theatre, comme s'il commentait ce qui dans ses oeuvres reste sous forme de points de suspensions. Ses pieces emblematiques de la periode symboliste de La Princesse Maleine (1889) a Aglavaine et Selysette (1896)--ce qu'on appelle son premier theatre (1)--sont accompagnees par des essais d'une qualite rare: des 1890 apparaissent "Confession de poete" "Menus propos-Le theatre" et plus tard "Le tragique quotidien" en 1896. Le concept de "tragique quotidien" que situe Maeterlinck en dehors des formes du theatre traditionnel est une vision du monde: sur la vie de tous les jours et les conditions d'existence les plus banales que se greffe a la fois l'irremediable et la chance d'une survie. Interieur (1894) en est un bon exemple: pendant que (et peut-etre a cause que) la famille est au repos dans la quietude de la veillee; l'annonce de la mort de la fille eclate comme un coup du destin, aussi inexplique qu'inattendu. Neanmoins, l'enfant ne se reveille pas, signe que la vie continue. Il n'empeche que, pour Maeterlinck, le monde est charge de menaces, d'autant plus certaines de se manifester que les hommes vivent dans l'inconscience du bonheur, comme si le bonheur secretait, quasi mecaniquement, son contraire: l'echec et la mort.

Dramaturge de l'invisible, Maeterlinck souhaite rendre perceptible "le chant mysterieux de l'infini, le silence menacant des ames ou des Dieux, l'eternite qui gronde a l'horizon, la destinee ou la fatalite qu'on apercoit interieurement sans que l'on puisse dire a quels signes on la reconnait" ("Tragique quotidien" 487). Ainsi la mort, au visage inconnu, est omnipresente dans l'univers maeterlinckien ou l'homme, comme un aveugle,"ne saurait atteindre la verite qu'en acceptant de fermer ses yeux de chair pour acceder a un autre regard, celui de l'ame" (Laplace-Claverie 419). Dans L'Intruse et Les Aveugles (1890), l'auteur introduit un personnage reellement aveugle qui en appelle a l'oeil de l'esprit. Dramaturge de l'image, Maeterlinck rend egalement visible la menace de l'environnement: dans L'Intruse, le dedans subit l'agression du dehors; les aveugles de la piece eponyme sont perdus dans une foret nocturne, pres de l'ile, alors que leur vieux pretre se trouve mort au milieu d'eux; sur tous les personnages de Pelleas et Melisande (1892) pese le sentiment de faute, et de la faute provoquee par toutes les formes d'enfermement qu'ils subissent. Et cet enfermement est rendu palpable par des signes spatiaux et temporels, ainsi que par le jeu de la lumiere et de l'ombre. Plus le langage scenique est charge de sens, plus le personnage et sa parole s'epurent, s'essentialisent. Hors de toute psychologie traditionnelle et de toute individuation, le personnage est une figure abstraite qui murmure, dirait-on, troue de silence. Dramaturge de l'abstraction, Maeterlinck depouille de tout mimetisme le personnage, les affects et la fable, debarrasses du realisme de copie, de telle sorte que, comme le souligne Helene Laplace-Claverie, son oeuvre s'avere "un redoutable defi pour des acteurs formes a l'art de la declamation" (425). II est significatif que Maeterlinck consiere sa premiere piece La Princesse Maleine comme un "drame pour un theatre de fantoches" et qu'Alladine et Palornides, Interieur, La Mort de Tintagiles (1894) aient ete sous-titrees "trois petits drames pour marionnettes." Pourtant, ces oeuvres ont ete joues par des acteurs en accord avec l'auteur. Faut-il prendre le mot de marionnettes au pied de la lettre? La marionnette ne serait-elle pas une facon revolutionnaire de marquer ses distances, de la meme facon que le fait Jarry, avec le theatre de son epoque?

Ce n'est peut-etre pas un hasard si Maeterlinck et Jarry sont les deux dramaturges symbolistes qui aient traverse les ages en offrant aux praticiens une telle souplesse d'interpretation qu'on n'en finit jamais de les reinventer. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.