Academic journal article Theatre Research in Canada

Michel Tremblay Adaptateur De Pieces Francaises: Le Cas De Les Trompettes De la Mort

Academic journal article Theatre Research in Canada

Michel Tremblay Adaptateur De Pieces Francaises: Le Cas De Les Trompettes De la Mort

Article excerpt

Adapter au Quebec aujourd'hui

Les mentions << dapres >> et << traduction et adaptation >> figurant notamment sur les couvertures des versions de Lysistra (1969) et de L'effet des rayons gamma sur les vieux-garcons (1970) signees par Michel Tremblay, temoignent de la relative indifferenciation qui a pu exister entre les genres de l'adaptation et de la traduction. Comme le note Annie Brisset (1990), cette confusion etait sciemment entretenue par l'institution litteraire quebecoise (en particulier par l'editeur de Michel Tremblay, Lemeac) desireuse de faire valoir l'originalite de sa langue et de ses ecrivains. Cependant, depuis une vingtaine d'annees, Michel Tremblay s'est attache a marquer plus clairement la difference entre ces pratiques en leur assignant a chacune un usage specifique (Ladouceur, << Michel Tremblay >> 56-57). En cela, revolution du dramaturge quebecois s'apparente a celle dauteurs comme Normand Chaurette, qui ont vu dans la traduction une alternative aux exces ethnocentriques de l'adaptation auxquels ils se sont eux-memes livres. Pour sa part, Roxanne Martin n'hesite pas a mettre ce phenomene sur le compte dune tendance de fond observable au Quebec au cours des annees 90 (74). Ainsi done, est-ce mu d'un desir qu'on ne lui connaissait pas de << rendre justice >> au texte original que Michel Tremblay entreprend la retraduction de certaines oeuvres aussi bien classiques que contemporaines comme Oncle Vania, ainsi que plusieurs pieces courtes de Tennessee Williams. Reunies sous le titre de Au pays du dragon, ces dernieres seront produites en 1997, dans une version qui conserve les referents originaux. Il est significatif de noter que les pieces du dramaturge etasunien avaient deja fait l'objet dune adaptation par Michel Tremblay en 1972. Afin d'eviter que la version adaptee ne soit produite a nouveau, ce dernier ira jusqu'a en retirer les copies deposees au Centre des auteurs dramatiques et a la bibliotheque de l'Ecole nationale de theatre pour leur substituer la version traduite. Invite a s'expliquer sur les raisons de ce changement de perspective, l'auteur quebecois confie:

Je me suis rendu compte que cetait ridicule, qu'il fallait respecter la ou ca se passait et respecter Tennessee Williams [...] Ce que j'ai fait avec Tennessee Williams il y a 30 ans, c'est un peu paresseux et pretentieux. C'est bien sur qu'on ne ferait pas ca a Tchekov. C'est une question de genie, de grandeur, de qualite. Aucun grand chef-d'oeuvre n'a besoin d'etre adapte, (cite dans Ladouceur, << Lesvoix >> 22)

Pour Michel Tremblay, l'adaptation se distingue de la traduction en ceci quelle ne souscrit a aucun imperatif strict de fidelite, au risque de donner lieu aux debordements releves par Annie Brisset, qui soutient que Tremblay aurait systematiquement efface les marques de l'alterite du texte adapte pour leur substituer celles de la quebecite. De plus, le dramaturge destine exclusivement l'adaptation a des textes consideres comme << moins importants >> et joues le plus souvent sur les scenes des theatres d'ete (cite dans Ladouceur, << Michel Tremblay >> 41). En facilitant la comprehension des spectateurs, l'adaptation renforcerait ainsi le sentiment d'identification avec l'action et les personnages. Alors donc que la traduction acquiert au fil du temps une autonomie veritable au sein de l'oeuvre de Michel Tremblay, qu'advient-il de l'adaptation: remplit-elle toujours la fonction qui etait la sienne dans les annees 1970 ou bien son statut se trouve-t-il reevalue en consequence? Dans un contexte ou l'etranger suscite desormais davantage le respect que la mefiance, pourquoi et surtout comment adapter sans eveiller en retour les soupcons d'ethnocentrisme?

De strategie nationaliste d'appropriation aux contours confus, l'adaptation se voit desormais mieux precisee eu egard a sa fonction et a son utilisation: elle assure au spectateur quebecois le maximum de confort en lui << taillant >> une piece sur mesure. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.