Academic journal article Canadian Journal of Education

Le Degre De Comprehension D'eleves De 3e Secondaire Sur Trois Formes De Documents De Type Argumentatif

Academic journal article Canadian Journal of Education

Le Degre De Comprehension D'eleves De 3e Secondaire Sur Trois Formes De Documents De Type Argumentatif

Article excerpt

Problematique

La lecture a l'ecran est devenue une activite de la vie de tous les jours (Tseng, 2010). Mais y a-t-il reellement une difference entre lire a l'ecran et lire sur un support papier? Il existe de nombreuses recherches concernant l'utilisation de strategies sur l'hypertexte (1) (Carignan, 2002; Colombi & Baccino, 2004; Davidson-Shivers, Rasmussen, & Bratton-Jeffery, 1997; Gillingham, 1993; Hill & Hannefin, 1997; Verheij, Stoutjesdijk, & Beishuizen, 1996) ou sur papier (2) (Coirier & Passerault, 1990; Lecavalier, Prefontaine, & Brassard, 1991; Nist & Holschuh, 2000; Paris, 1988; Schmid & Baccino, 2001; van Dijk & Kintsch, 1983), mais la comparaison entre le degre de comprehension a l'ecran et sur papier semble avoir ete peu exploree jusqu'a maintenant, et ce, particulierement chez les eleves du secondaire. En effet, la plupart des recherches ont plutot ete realisees avec des lecteurs adultes universitaires, comme l'etude de Macedo-Rouet, Rouet, Epstein et Fayard (2003) qui s'est notamment interessee a la comprehension et a la charge cognitive lors de la lecture << fonctionnelle >> de documents sur papier et a l'ecran.

Il est donc primordial de continuer la recherche en ce sens, au primaire et au secondaire, afin de bien connaitre le degre de comprehension a l'ecran et sur papier, mais egalement de les comparer afin de pouvoir eventuellement creer un modele plus precis de la comprehension en lecture sur les deux supports. Il est aussi important de determiner s'il existe une relation entre le support utilise (papier/ecran) et la comprehension en lecture, mais egalement entre l'organisation textuelle (lineaire/non lineaire) et la comprehension, et ce, peu importe le type de texte (narratif, explicatif, argumentatif, descriptif).

De surcroit, de nombreuses recherches ont ete realisees concernant le texte argumentatif en general. Il est cependant possible de remarquer que les recherches relatives a la comprehension du texte argumentatif sont plutot rares et qu'elles ont ete souvent menees au niveau universitaire. C'est le cas de l'etude de Larson, Britt et Larson (2004) qui s'est interessee a la capacite des etudiants universitaires a comprendre des textes argumentatifs et aux facteurs qui influencent la mise en pratique de cette competence.

Dans le but d'en connaitre davantage sur cette problematique, la presente recherche comporte deux objectifs : 1) evaluer et comparer le degre de comprehension en lecture sur trois formes de documents (texte papier, texte lineaire a l'ecran et hypertexte) de type argumentatif chez des eleves de 3e secondaire (14-15 ans); 2) identifier la relation entre le support (papier/ecran) et la comprehension en lecture ainsi que la relation entre la structure textuelle (lineaire/non lineaire) et la comprehension chez ces memes eleves.

Cadre de Reference

Cette partie aborde le concept de comprehension en lecture. Nous parlerons donc de l'acte de lire et des trois niveaux de representation du texte.

Acte de Lire

--Lire, evidemment, c'est autre chose, lire est un acte!

--C'est tres juste, ce que tu viens de dire, lire est un acte, << l'acte de lire >>, c'est tres vrai ...

--Tandis que la tele, et meme le cinema si on y reflechit bien ... tout est donne dans un film, rien n'est conquis, tout vous est mache, l'image, le son, les decors, la musique d'ambiance au cas ou on n'aurait pas compris l'intention du realisateur ...

--La porte qui grince pour t'indiquer que c'est le moment d'avoir la trouille.

--Dans la lecture, il faut imaginer tout ca ... La lecture est un acte de creation permanente. (Pennac, 1992, p. 27).

En effet, comme l'ecrit Pennac (1992), la lecture est un acte de creation permanente. D'un point de vue plus cognitiviste, l'acte de lire englobe deux grands constituants soit, d'une part, la reconnaissance de mots (voie directe et indirecte) et, d'autre part, la comprehension (Gombert & Fayol, 1995). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.