Academic journal article The Romanic Review

Rire et Satire a L'aube Des Guerres Civiles : L'exemple Des Satyres Chrestiennes De la Cuisine Papale

Academic journal article The Romanic Review

Rire et Satire a L'aube Des Guerres Civiles : L'exemple Des Satyres Chrestiennes De la Cuisine Papale

Article excerpt

Les Satyres chrestiennes de la cuisine papale, publiees en 1560, sont sans doute le premier grand texte consacre a la polemique entre catholiques et reformes a l'aube des guerres civiles qui allaient bientot ravager la France. Elles demeurent pourtant relativement inconnues, ce qui semble du, en partie, a leur inaccessibilite, probleme resolu desormais grace a l'edition critique recente aux Textes litteraires francais (1). En outre, il semble bien que la critique ait considere la tradition polemique de cette epoque d'un point de vue historique plutot que litteraire, la valeur litteraire de tels ecrits etant d'habitude sous-estimee. Apres tout, cette annee 1559, qui vit la composition de notre texte, est une << annee de crises, bouleversements, menaces et persecutions, annee capitale ou tout se joue et l'avenir se dessine >> (xxiii). On pense par exemple a l'Edit d'Ecouen du 2 juin, << veritable declaration de guerre contre les protestants >> ou bien, apres la mort d'Henri II, aux mesures de repression de plus en plus dures sous l'impulsion des Guise (2). C'est dans ce contexte que sont redigees les Satyres chrestiennes, qui, de plus, s'inscrivent dans une tradition polemique immediate qui remonte au moins jusqu'en 1551 ou Pierre Lizet, abbe de Saint Victor et ancien premier president du parlement de Paris, publia le traite Adversum pseudo evangelicam haeresim, ridiculise rapidement dans la celebre Epistola Magistri Benedicti Passavantii par Theodore de Beze (1553) (3). Le dialogue polemique est alors bien lance et trouve des continuations dans le Passevent parisien de 1556 et Les Grandes Chroniques et Annalles de Passe-Partout de 1558, pour n'en mentionner que deux exemples (4).

Dans la presente etude nous nous pencherons pourtant sur l'examen, forcement lacunaire, de la tradition litteraire plus large dans laquelle s'inscrit le texte. Si l'on a remarque les sources greco-latines dans lesquelles puisent les Satyres chrestiennes, ce qui, dans un premier temps ne pose guere de problemes car la plupart d'entre elles sont clairement indiquees dans les marginalia explicatifs qui structurent le texte, et que l'on ait insiste sur l'influence rabelaisienne, et, a un moindre degre marotique (5), la critique a cependant neglige de se demander comment l'auteur anonyme, sans doute Theodore de Beze, s'est servi de ses illustres modeles. Dans cette perspective de l'imitatio--mise en lumiere par la redecouverte de la Poetique d'Aristote--, il s'agit donc de se pencher sur la notion de la digestion, concept fondamental pour les lettres renaissantes sur lequel insista notamment Joachim Du Bellay dans son fameux traite et qui est censee s'inspirer des Anciens et des Italiens pour anoblir les lettres francaises dans le but d'aboutir a des chefs-d'oeuvre originaux (6). Le meta-genre du << melange satirique >> semble particulierement apte a illustrer ce concept de maniere exemplaire grace a ses multiples variantes, ses sources disparates (grecques, latines, medievales) et son caractere hybride inherent (cynisme, propos de cuisine, satura) (7). La satire s'infiltre justement dans tous les genres, que ce soit en prose ou en vers. Cette varietas qui caracterise la satire renaissante fut bien resumee par l'imprimeur de la Satyre Menippee en 1594, qui se contente de juxtaposer les sources disparates du genre (8). Dans notre perspective, il est aussi remarquable que ce long texte, publie a la fin des guerres civiles, clot et resume le courant polemique qui domine le genre satirique dans la deuxieme moitie du seizieme siecle, courant qui se voit justement inaugure par le libelle de 1560.

Dans ce contexte, l'analyse du role des Satyres chrestiennes dans le developpement du genre au seizieme siecle s'avere particulierement pertinente puisqu'on peut constater un cheminement vers une satire plus subtile dans les deux decennies qui precedent sa publication, tendance que l'approche directe, voire brutale de notre texte semble, a son tour, renverser. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.