Academic journal article Quebec Studies

L'extremite Meridionale Du Francais Quebecois En Amerique Du Nord. Pratiques Langagieres Des Quebecois En Floride Du Sud

Academic journal article Quebec Studies

L'extremite Meridionale Du Francais Quebecois En Amerique Du Nord. Pratiques Langagieres Des Quebecois En Floride Du Sud

Article excerpt

Introduction

Cet article porte sur les Francophones d'origine quebecoise en Floride du Sud, un groupe jusqu'ici neglige par les etudes sociolinguistiques sur la francophonie nord-americaine. Si plusieurs Quebecois decident de fuir les hivers enneiges pour se refugier en Floride en adoptant un mode de residence saisonnier, d'autres, par contre, adoptent un mode de residence permanent motive par des raisons diverses. Cet article traite des pratiques langagieres de ces Francophones et leve le voile sur ce que nous appelons l'extremite meridionale du francais quebecois sur le continent.

Les pratiques langagieres de cette communaute se degagent de l'analyse de donnees rassemblees lors d'une etude de terrain effectuee en 2007 en Floride du Sud, plus particulierement dans la region de Fort-Lauderdale/Hollywood (Blondeau 2008). Les donnees, recueillies selon une approche ethnographique (1) comprennent des entrevues sociolinguistiques dont l'analyse met en lumiere des pratiques communautaires particulieres et pose un regard sur la question du contact avec l'anglais. Dans un premier temps, l'examen des entrevues met au jour le discours des locuteurs sur leurs pratiques communautaires et leurs attitudes linguistiques envers le contact entre l'anglais et le francais. Dans un deuxieme temps, l'article se penche sur la portee du contact avec l'anglais sur le francais vernaculaire des locuteurs en examinant plus particulierement le phenomene de l'emprunt lexical chez trois Francophones de la communaute de Floride dont le comportement linguistique est compare a celui de leurs pairs francophones du Quebec (Nichols 2011).

Cadre de recherche et contexte

A cause du developpement meme du champ de la sociolinguistique francophone, les travaux sur la francophonie en Amerique du Nord se sont concentres principalement sur des groupes stables sur un territoire donne, comme au Quebec, ou encore sur des groupes pour lesquels le trajet migratoire a ete determine par des evenements socio-historiques de nature politique et/ ou economique comme c'est le cas par exemple pour les communautes acadienne ou franco-americaine.

Ceci a eu pour consequences que les situations impliquant un certain degre de mobilite ont ete mises de cote pour favoriser l'etude des communautes linguistiques ancrees dans un territoire. Ce n'est qu'assez recemment qu'on remarque des etudes sur les groupes francophones caracterises par une certaine mobilite individuelle. Parmi les travaux qui viennent combler ce vide, citons par exemple les etudes sur la mobilite des Francophones montrealais (Daveluy 2006) de meme que les travaux sur les familles militaires francophones canadiennes re-localisees A intervalles reguliers et sur les travailleurs mobiles qui font des allers-retours constants et vivent une experience de contact linguistique intermittent (Daveluy 2008). En definitive, afin de mieux comprendre la francophonie d'aujourd'hui A l'heure de la mondialisation (Heller 2003), il apparait crucial de se pencher sur les pratiques langagieres des locuteurs se deplacant d'un milieu A l'autre.

A part certains travaux en economie ou en geographie urbaine, on en connait peu sur les pratiques culturelles des Francophones d'origine quebecoise en Floride (Valdman, Auget, et Piston-Hatlen 2005; Tremblay 2006; Smith et House 2006; Papen et Chevalier 2006). Pourtant les Francophones y sont presents depuis au moins le milieu du vingtieme siecle (Dupuis 2010), en particulier dans la zone sud-est de l'Etat. En 2006, on estimait A pres de 900,000 le nombre de residents temporaires elisant domicile dans l'Etat de Floride (Smith et House 2006). Ces residents temporaires qui visitent la Floride regulierement sont en croissance constante et cette population se compose en bonne partie de Canadiens (Galvez 1997). Contrairement au stereotype, tous n'ont pas au-dela de 55 ans car un bon nombre sont de jeunes gens qui viennent en Floride pour diverses raisons et plusieurs y restent pour plus de six mois (Smith et House 2006). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.