Academic journal article Theatre Research in Canada

Lunettes Noires et Autres Ecrans Identitaires Dans L'oeuvre De Michel Tremblay

Academic journal article Theatre Research in Canada

Lunettes Noires et Autres Ecrans Identitaires Dans L'oeuvre De Michel Tremblay

Article excerpt

Dans cet article, on se propose d'examiner les fonctions remplies par les lunettes de soleil de Marcel, un personnage majeur de l'oeuvre theatrale et romanesque de Tremblay. Personnage central du roman Le Premier quartier de la lune, il apparait dans En pieces detachees et Marcel poursuivi par les chiens, deux pieces qui mettent en place, entre le spectateur et la scene, la mediation de personnages feminins : les voisines dans le premier cas et les quatre tricoteuses dans le second. Le regard que posent ces premieres spectatrices sur la scene theatrale fait vaciller l'identite du personnage principal aux yeux du spectateur en l'empechant d'y avoir directement acces. L'identite, du personnage comme de l'individu, se construit effectivement dans l'intersubjectivite, laquelle necessite d'abord un echange de regards. Marcel, on le constate au fil de l'oeuvre de Tremblay, souffre de psychose et ses symptomes s'aggravent avec le temps.

La maladie de Marcel, tres bien decrite par Alain-Michel Rocheleau dans son article << La folie de Marcel : etude d'un personnage de Michel Tremblay >>, sera ici examinee dans sa dimension identitaire. On verra que les lunettes du personnage depassent le simple accessoire scenique : elles peuvent etre vues comme faisant partie d'un dispositif d'ecrans multiples qui, interposes entre Marcel et la realite, traduisent un dysfonctionnement comportemental. D'une part, la presence des spectatrices intermediaires d'En pieces detachees et de Marcel poursuivis par les chiens motive la scene theatrale qui se constitue sous leurs yeux. D'autre part, nous verrons que les divers ecrans qui s'interposent entre le sujet et autrui freinent l'echange de regards et ainsi l'existence meme du sujet. Le regard (de l'Autre) est dans tous les cas lie a l'identite et Tremblay, en inserant le regard du spectateur dans un dispositif theatral, met en evidence le dysfonctionnement du face a face et de la vision chez ses personnages.

Regard et cecite

Dans En pieces detachees, les voisines sont les premieres spectatrices du drame familial, qui se constitue comme scene sous leur regard. Or, comme le rappelle Daniel Bougnoux << ce sont les regardeurs qui font le spectacle, non ses acteurs >> (68). De la meme maniere, l'identite se construit en fonction du regard de l'Autre, dont l'absence peut nuire a la constitution du sujet. C'est le cas chez le psychotique qui, faute d'acces a la fonction symbolique, ne peut reellement entrer en contact avec l'environnement et les autres. Il ne peut se construire en tant que sujet et exister dans le temps ; son developpement psychosocial est considerablement limite. Dans la piece, le regard des voisines est parallelement marque d'un interdit, du fait qu'il constitue une transgression puisqu'il s'opere a travers un store. Tire par Albertine au debut de la piece, le store remplit la fonction d'ecran separateur entre l'exterieur et l'interieur, mais aussi de revelateur en etant une surface de projection du drame interieur des membres de la famille (et a l'interieur de leur appartement).

En confinant le personnage a l'espace restreint de la scene (qui s'oppose a l'espace vague, dans une dualite theorisee par Stephane Lojkine, et constitue << le lieu de l'action, qui contient les elements symboliques dont la scene est porteuse >> (<< Lespace restreint >> 1)), le store devient aussi un dispositif d'effraction pour le spectateur relegue a l'exterieur, l'amenant ainsi a s'interroger sur la veritable identite de Marcel et a s'investir dans le dispositif theatral. Le store, appele justement << blind >> dans la piece, met l'accent sur la cecite. Or, le fait que les voisines soient dans l'impossibilite de voir, et a travers elles le spectateur lui-meme, a qui elles servent de relais, n'est que la forme objectivee (ou l'image inversee) de celle affectant Marcel dans son rapport aux autres, et dont on trouvera la source dans l'inceste entre ses grands-parents maternels. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.