Academic journal article Mosaic (Winnipeg)

Affect et Dramatisation Dans L'ecriture De la Conversion : L'exemplarite Du Recit Augustinien

Academic journal article Mosaic (Winnipeg)

Affect et Dramatisation Dans L'ecriture De la Conversion : L'exemplarite Du Recit Augustinien

Article excerpt

Cet essai interroge le role de l'affect dans l'ecriture de la conversion. Il s'interesse pour ce faire au texte des Confessions d'Augustin, identifie comme un espace d'experimentation exemplaire de l'importance des affects et de la mise en scene lies a la pensee litteraire dans une optique de transformation spirituelle.

La conversion, comme evenement transfigurateur et comme epreuve de la volonte qui se durcit ou se cristallise dans un savoir ou dans une foi, est un mouvement de l'ame qui ne se passe pas d'affects. Et de fait, la prise en compte de l'affect represente une des deux principales facons d'apprehender la conversion comme experience spirituelle et anthropologique. Dans le contexte chretien en particulier, l'elevation au savoir differe de la facon dont la conversion est vecue dans les contextes philosophiques et spirituels antiques (ou il s'agit plutot de mobiliser un savoir et de s'y conformer par des exercices) puisqu'elle demande un saut de la foi qui engage prioritairement les affects, representes comme des tiraillements et des transports de l'ame. La psyche chretienne se modele sur l'exemple de la passion et des souffrances du Christ auxquelles s'identifie le croyant, qui les subit a son tour en agissant ses sens dans sa projection imaginaire, qui se laisse affecter et transformer a travers un chemin de croix qu'il reproduit et fait sien.

Plusieurs textes canoniques de la litterature chretienne se constituent comme les receptacles des affects qui accompagnent tout le parcours du croyant qui, a travers ses professions de foi, ses confessiones fidei, ne cesse de se transformer par le repentir et de se convertir, dans une metanoia que l'ecriture met en scene et permet d'accomplir. Le texte des Confessions d'Augustin se revele exemplaire a l'interieur du reseau de liens entre conversion, affects et ecriture dans la mesure ou il est le plus representatif d'une forme d'experimentation de la dimension affective liee a la conversion a partir d'une pensee litteraire. Il s'agit en effet d'un veritable projet litteraire, mettant en scene les affects entourant l'experience de conversion et participant du meme coup, de maniere performative, a une conversion progressive ou continue. Comme le mentionne Frederic Boyer dans la preface a sa recente traduction auquel il donne le titre Les Aveux, la confession, dans le contexte chretien, << est un acte performatif de la reconciliation divine >> (26). La litterature est le contenant et le medium des aveux d'Augustin; elle est l'espace ou sont mis en scene les affects entourant ces aveux et en tant que tel, elle est une pratique de transformation de soi. L'affect se trouve au coeur du projet litteraire des Confessions, qui est en meme temps une pratique transformatrice, au point ou une lecture qui ne serait pas, elle aussi, << affectee >> pourrait faillir a reconnaitre la valeur de l'affect pour la conversion. D'ailleurs, Peter Brown, dans son incontournable Augustine of Hippo : A Biography, mentionne combien la reception du texte a souffert du fait qu'il soit devenu un classique, realite qui nous fait oublier la charge destabilisante pour un lecteur contemporain a Augustin qui pouvait y reconnaitre les formes traditionnelles de son epoque, mais seulement de maniere radicalement transformees. Boyer, dans sa traduction, prend justement acte de ce constat de Brown et tente de proposer une version du texte qui reinitierait, au-dela de son aspect respectable et canonique, le caractere bouleversant du texte pour un lecteur de l'epoque d'Augustin. Il tente de rendre, dans un langage plus contemporain, la modernite de l'entreprise litteraire augustinienne, ou la confession ou l'aveu participe, selon lui, de l'invention de soi. Cette entreprise de traduction, qui s'ecarte parfois d'une lecture litterale (par l'actualisation des termes ou l'ajout d'interjections) au point qu'on doive en parler comme d'une forme de reecriture, mise principalement sur l'affect, ou plutot sur la reconnaissance et la restitution de la charge affective du texte, sur son pouvoir destabilisant et sur son potentiel transformateur, pour l'ecrivain comme pour le lecteur--soit des deux cotes du pacte qu'implique ce genre d'ecriture. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.