Academic journal article Canadian Journal of Education

L'entretien D'autoconfrontation: La Prise En Compte Du Point De Vue De L'eleve Pour Developper L'activite En Classe

Academic journal article Canadian Journal of Education

L'entretien D'autoconfrontation: La Prise En Compte Du Point De Vue De L'eleve Pour Developper L'activite En Classe

Article excerpt

Introduction

De nombreuses recherches en education montrent l'interet d'accroitre l'intelligibilite des phenomenes complexes a l'ecole et d'explorer finement les pratiques scolaires afin de permettre aux enseignants et a leurs eleves de mieux comprendre ce qui se passe reellement en classe. Les chercheurs mettent en avant leur volonte de considerer les eleves, autant que les enseignants, capables d'eclairer avec leur propre expertise certaines problematiques d'enseignement-apprentissage (Bolstad, 2011; Hargreaves, & Gipps, 2000; McCallum, Mitra, 2009). Precisement, les travaux de recherche en sociologie de l'education scolaire discutent de l'interet de l'observation participante (Hargreaves, 1967) pour penetrer les pratiques des jeunes dans leurs etablissements scolaires (Woods, 1990) et recueillir leurs paroles, tout en soulignant la necessite de mesurer les contraintes d'ordre pratique et ethique engendrees par l'entree du chercheur dans la sphere privee des eleves (Burgess, 1985; Lacey, 1977). Toutes les procedures methodologiques deployees pour rester au contact des eleves se revelent alors comme autant de strategies pour vaincre leurs reticences et limiter les perturbations ou les menaces engendrees par le dispositif d'enquete (Ball, 1981). Les eleves ont ainsi a s'accommoder de la presence du chercheur, mais aussi du dispositif technique et materiel de l'etude (Corsaro, 1982). Ces considerations amenent certains chercheurs a experimenter differentes modalites d'entretien avec les eleves, comme celle de l'entretien collectif; ils interrogent le bien-fonde de leur usage pour aider les eleves a raconter leurs experiences scolaires (Danic, Delalande, & Rayou, 2006). L'entretien rassemblant plusieurs eleves se presente alors comme une condition pour obtenir plus de renseignements et pour construire un echange collectif proche d'une conversation ordinaire (Baudrit, 1994). Mais ces methodes d'enquete et d'entretien semi-directif conduits avec les eleves demeurent limitees, notamment en ce qui concerne l'acces a l'activite reelle en classe. En effet, il est souvent difficile de comprendre ce qui, a un moment donne dans un cours, fait decrocher l'eleve et le pousse a resister aux situations d'apprentissage. Pour surmonter cette impasse methodologique, certains travaux en education montrent l'interet de l'enregistrement audiovisuel de l'activite en classe comme support a l'entretien (Bloom, 1953). Ce type de methode repose sur le postulat que les traces audiovisuelles de l'activite favorisent le rappel de l'experience passee. Precisement, le recours a la retroaction video (Tochon, 1996) consiste a faire revivre a l'acteur une situation passee avec plus de precision en le confrontant aux images audiovisuelles de l'activite. En reference a ce postulat, diverses methodes d'entretien sont alors proposees: le << rappel stimule >> et << l'autoconfrontation >>, dont l'objectif consiste a recueillir des donnees sur les << pensees >> des enseignants, a documenter la conscience pre-reflexive de l'acteur, c'est-a-dire ce qui est significatif du point de vue de l'acteur. Des etudes recentes examinent l'interet de l'entretien d'autoconfrontation avec des eleves comme procedure de recueil des donnees sur l'activite en classe (Guerin, Riff, & Testevuide, 2006; Veyrunes, 2012). Certaines conditions de faisabilite de cette methode d'entretien sont alors etablies: des conditions langagieres et culturelles (partage d'une meme langue, familiarisation avec la culture des eleves), conditions de confiance mutuelle et conditions materielles (richesse des donnees audiovisuelles presentees aux eleves et proximite dans le temps des sequences d'action filmees et des entretiens d'autoconfrontation pour garantir la position de reflexivite et d'evocation de l'experience passee) (Guerin et al., 2006). Les auteurs constatent egalement que face au chercheur adulte, les eleves ne communiquent pas facilement leurs pensees secretes ou leur activite masquee. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.