Academic journal article Canadian Journal of Education

La Sante Mentale a L'ecole: «Apprivoiser la Complexite!» Evaluation D'une Formation-Accompagnement

Academic journal article Canadian Journal of Education

La Sante Mentale a L'ecole: «Apprivoiser la Complexite!» Evaluation D'une Formation-Accompagnement

Article excerpt

Introduction

L'ecole offre un cadre propice pour la promotion de la sante mentale et du bien-etre psychologique des eleves, ainsi que pour la prevention, la detection rapide et la prise en charge des psychopathologies infantiles. De fait, elle constitue une premiere ligne en sante mentale et favorise, si necessaire, l'acces aux services plus specialises (Adelman & Taylor, 1999). Les defis majeurs rencontres par le milieu scolaire pour assurer ce role sont le manque de ressources humaines, les difficultes liees a l'evaluation psychologique des jeunes et la formation des professionnels (Greenberg, Domitrovich, & Bumbarger, 1999).

Aux Etats-Unis, la prevalence de problemes de sante mentale associes a une dysfonction est de 9, 5 a 14, 2% pour les enfants de moins de 5 ans, et de 21% pour les enfants de 6 a 17 ans (Brauner & Stephens, 2006; Kessler, Berglund, Demler, Jin, Merikangas, & Walters, 2005). De plus, jusqu'a 16, 1% des enfants et des adolescents presentent des problemes d'adaptation importants, sans toutefois se qualifier pour un diagnostic DSM-IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) (Foy, 2010). Au Canada et au Quebec, les prevalences sont comparables, autour de 20%, soit un enfant sur cinq (Ministere de la Sante et des Services sociaux, 2001a; Waddell, McEwan, Shepherd, Offord, & Hua, 2005), et le suicide demeure la premiere cause de mortalite chez les jeunes de 15 a 19 ans. Malgre cela, au Canada, seulement de 10 a 25% des jeunes recoivent des traitements pour ces problemes (Waddell, McEwan, Shepherd, Offord, & Hua, 2005). Face a cette situation que l'on retrouve dans d'autres pays, comme l'Australie, Hickie, Fogarty, Davenport, Luscombe et Burns (2007) soulignent la necessite de mobiliser les differents milieux de vie des jeunes, en particulier les ecoles, autour de l'organisation des services en sante mentale jeunesse. Ceci pose un defi particulierement important dans le cas de populations vulnerables a cause de leur statut socioeconomique ou de leur ethnicite (Kataoka, Stein, Nadeem, & Wong, 2007) qui restreignent leur acces aux services existants.

Au Quebec, un projet regional interdisciplinaire et intersectoriel intitule La sante mentale a l'ecole: << Apprivoiser la complexite! >> a ete cree par le milieu scolaire en collaboration avec le milieu de la sante, afin de relever ce defi. Depuis trois ans, ce projet propose chaque annee a des enseignants et professionnels de certaines ecoles francophones de Montreal, ainsi qu'a leurs partenaires des milieux de la sante et des services sociaux, un programme de formation continue. Ce projet vise a augmenter le sentiment de competence des milieux scolaires face aux problemes de sante mentale et a soutenir la creation de partenariats solides pour accompagner les jeunes et les familles qui en ont besoin. La presente recherche evalue dans quelle mesure cette formation a atteint ces objectifs.

De nombreuses etudes et guides de pratique identifient la qualite du partenariat et la multidisciplinarite comme des facteurs essentiels a la reussite des soins de premiere ligne en sante mentale. Une revue systematique de la litterature sur les determinants d'un partenariat reussi distingue plusieurs groupes de facteurs dont les processus interpersonnels et interprofessionnels, et les conditions organisationnelles (San Martin Rodriguez, Beaulieu, D'Amour, & Ferrada-Videla, 2005). Parmi les facteurs facilitants aux niveaux interpersonnel et interprofessionnel, on retrouve l'etablissement d'une relation de confiance et de respect mutuel (Craven & Bland, 2006; Gerardi & Fontaine, 2007; Van Eyk & Baum, 2002). Les professionnels doivent apprendre a mieux se connaitre et a developper une comprehension commune de leurs expertises et de la complementarite de leurs roles, etre receptifs a la collaboration et croire en ses benefices (Byng & Jones, 2004; Sicotte, D'Amour, & Moreault, 2002). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.