Academic journal article The Romanic Review

Illusion Lyrique D'un Temoin : Interrogation De Drieu la Rochelle

Academic journal article The Romanic Review

Illusion Lyrique D'un Temoin : Interrogation De Drieu la Rochelle

Article excerpt

Engage dans la Collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale et stigmatise pour cette raison, Pierre Drieu la Rochelle n'en demeure pas moins une figure importante et utile a qui veut comprendre les ecrivains combattants de la Grande Guerre. Son oeuvre subjective, esthetiquement forte, aide a mieux connaitre les traumatismes de ce conflit et les enjeux de ses representations litteraires. Les polemiques engendrees par la publication du Journal 1939-1945 en 1992 n'ont pas empeche l'accession a la Bibliotheque de la Pleiade vingt ans apres. Y figure La Comedie de Charleroi, la fiction majeure qu'il a consacree en 1934 a la guerre de 1914-1918. Sur ce sujet, elle avait ete precedee par la toute premiere publication de l'auteur, Interrogation, en 1917. Et ce livre se singularise doublement par rapport au recueil de nouvelles de 1934 : il est compose et publie pendant la guerre, il n'est pas fictionnel mais poetique. Sa position a l'entree de l'oeuvre renforce encore cette originalite de situation historique et d'expression. Dans cette perspective (1), Interrogation merite donc un examen attentif. Drieu publiera un autre recueil en 1920, Fond de cantine, mais, comme son titre provocant le laisse entendre, ce livre d'apres-guerre est a la fois d'une portee secondaire et de nature heterogene.

A propos d'Interrogation Drieu note ceci : << J'y parlais de la guerre et uniquement de la guerre. Et, apres tout, peut-etre, n'ai-je eu jamais qu'a parler de cela et tout le reste n'a ete qu'allusion detournee ou remplissage superflu >> (2). Sans etre une oeuvre majeure, Interrogation vaut bien plus qu'une simple butte temoin laissee par le cataclysme. C'est, au debut et au coeur d'une entreprise litteraire, un temoignage qui s'affirme. Pour l'observer et le degager, il faudra s'appuyer sur les travaux d'histoire litteraire (3) et sur d'autres textes de l'auteur, en particulier sa Correspondance avec Andre et Colette Jeramec : ils offrent une contre-epreuve necessaire, et parfois decisive. Car les resonances de l'evenement dans l'ensemble des ecrits sont infinies. Focaliser sur Interrogation permettra, entre autres retombees, de suggerer l'appartenance de Drieu la Rochelle au combat de trente ans dans lequel s'engagerent nombre d'ecrivains. C'est pourquoi, symboliquement, notre titre emprunte << l'illusion lyrique >> a L'Espoir d'Andre Malraux, ecrivain avec lequel les liens d'amitie et d'estime ne se sont jamais dementis.

Par rapport aux analyses approfondies qui ont ete naguere centrees sur le cynisme (4), la presente etude se situe en amont de l'oeuvre et elle tend a en eclairer la genese. En effet, si La Comedie de Charleroi semble s'inscrire a rebours du premier livre, il faut essayer de comprendre comment Interrogation entre dans une dynamique d'ensemble ainsi que le suggere l'auteur : << Je suis de ceux qui se jettent tout entiers dans un premier livre. Ce que j'ai crie la, c'est mon accent essentiel >> (5). Drieu la Rochelle reste attache toute sa vie a ce recueil, il en donne une version largement corrigee dans ses Ecrits de jeunesse en 1941. Il n'a cesse de le revendiquer, et, comme le montre le volume posthume Sur les ecrivains, il ne manque pas de le juger avec severite ni de projeter des interpretations a posteriori inspirees par son evolution politique. A condition de faire la part de la distorsion ideologique ou du denigrement de soi, ces evaluations pourront contribuer a l'explication.

Vers un lyrisme de cris

Des l'avant-guerre, Drieu est tente par la poesie. Un de ses amis proches se prepare a entrer dans les lettres par cette voie : Raoul Dumas compose des vers dans la tradition parnassienne, encore puissante alors. Age de dix-neuf ans, Drieu la Rochelle semble marcher sur ses brisees. Il ecrit comme lui des sonnets, et cite Jose Maria de Heredia (6). Mais, dans ses lettres de 1912, il cite aussi Baudelaire, Hugo (7), et dit a Andre Jeramec son envie de lui adresser << une confession vaguement rythmee a la maniere de Francis Jammes >> (8). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.