Academic journal article The Romanic Review

Britannic Us, Tragedie Du Plaire

Academic journal article The Romanic Review

Britannic Us, Tragedie Du Plaire

Article excerpt

De toutes les regies que requiert ce qu'on nomme le << commerce du monde >> a l'age classique, plaire est sans doute la premiere (1). Moliere, dans La Critique de l'ecole des femmes (1663), laisse a Dorante le soin de le dire : << Je voudrais bien savoir si la grande regie de toutes les regies n'est pas de plaire [...] >> (scene VI), posant ainsi cette valeur fondamentale de la culture du dix-septieme siecle, a la cour comme a la ville. Theme repris par La Fontaine qui, dans sa preface des Fables (1668), l'expose ainsi: << On ne considere en France que ce qui plait; c'est la grande regie, et pour ainsi dire la seule. >> On assiste done a un triomphe de l'art de plaire au Grand Siecle ; il est cet astre solaire autour duquel gravitent belles moeurs et belles manieres, civilite, preciosite, politesse, ou bien encore galanterie (2). Beaucoup theorisent a son sujet, a l'exemple de Nicolas Faret et de L'Honnete Homme ou l'Art de plaire a la cour (1630), oeuvre-phare qui suit le chemin deja trace par l'italien Castiglione depuis la Renaissance. Pierre Ortigue de Vaumoriere, quant a lui, suggere L'Art de plaire dans la conversation (1688). Mais c'est avec Antoine Gombaud, Chevalier de Mere, et son texte posthume De la vraie honnetete, que << plaire >> devient la valeur supreme de la societe louis-quatorzienne. Dans une lettre de 1682 adressee a la duchesse de Lesdiguieres, le galant Mere synthetise parfaitement les differents enjeux mis ici en place : << Il me semble que, dans le dessein de se rendre honnete homme et d'en acquerir la reputation, le plus important consiste a connaitre en toutes choses les meilleurs moyens de plaire et de les savoir pratiquer (3). >> En associant ici << honnete homme >> et << plaire >>, dans une pratique a acquerir, Mere formulait la theorie du discours de la mondanite dans ce siecle devoue a la sociabilite.

Avec Britannicus (1670), Racine reflechit lui aussi a la culture de l'honnetete et a son corollaire, l'art de plaire. Cependant, son originalite parmi toute la production contemporaine reside dans le fait qu'au lieu de nous proposer un discours univoque, qui serait un nouveau traite de mondanite cette fois theatralise, Racine en offre deux, a savoir un discours du plaire et un discours du deplaire. Au lieu de nous faire entendre une seule voix, il dedouble le discours de l'honnetete, pour opposer l'endroit a son envers. Racine met alors en scene ce que Ton serait tente d'appeler une << tragedie du plaire >>, puisque Britannicus fait entrer en conflit le discours mondain et le discours anti-mondain, plaire et deplaire a la cour, dans le choix d'une conduite tant ethique que politique aux consequences tragiques.

Cette << tragedie du plaire >>, dont Neron devient l'acteur principal (4), a plusieurs dimensions. Politique, elle conduit la Rome neronienne sur la voie de la tyrannie ; ethique, elle amene Neron a perpetrer un premier crime, l'empoisonnement de Britannicus ; psychologique, elle libere ce meme Neron de toute forme de dependance, au risque de le faire basculer dans la solitude la plus totale ; philosophique, elle demande que soient interroges les conditions de l'exercice du pouvoir et les rapports entre l'individu et les normes collectives.

Cette tragedie repose essentiellement sur le fait que Neron porte en lui une double orientation. << Homme de l'alternative (5) >>, il est originellement indecis, et ne sait sur quelle route s'engager, celle d'une exteriorite de l'individu, comme le veut la regie mondaine, ou celle de son interiorite, comme cette meme regie le lui proscrit. A dire vrai, Neron est a prendre comme << demi-homme >>, un homme non accompli qui cherche durant toute la piece a se realiser, afin de former un moi sans contradiction aucune, capable de regner sans devoir concilier interiorite et exteriorite. Ainsi Neron le dit de Britannicus qui lui barre le chemin d'une autonomic aussi politique que psychologique : << Tant qu'il respirera je ne vis qu'a demi. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.