Academic journal article Urban History Review

Guy Gaudreau, Sophie Blais, et Kevin Auger, Mine, Travail et Societe a Kirkland Lake

Academic journal article Urban History Review

Guy Gaudreau, Sophie Blais, et Kevin Auger, Mine, Travail et Societe a Kirkland Lake

Article excerpt

Guy Gaudreau, Sophie Blais, et Kevin Auger, Mine, travail et societe a Kirkland Lake, Sudbury, Prise de parole, 2016, 307 p.

Professeur retraite de l'Universite Laurentienne, Guy Gaudreau, en collaboration avec Sophie Blais et Kevin Auger, nous convie ici a explorer la ville miniere que fut Kirkland Lake durant la periode de l'entre-deux-guerres. Resultant a la fois de plusieurs annees d'etudes menees sur les villes minieres de la region du Nord ontarien et quebecois, mais egalement d'une rencontre fortuite avec des archives ayant frole la destruction a la East Malartic Gold Mines en 2005, Mine, travail et societe a Kirkland Lake apparait comme un ouvrage fort utile pour explorer l'univers minier et les petites villes Industrielles de cette region encore sous-etudiee par l'historiographie.

Compose de neuf chapitres en plus de la preface et de la conclusion, l'ouvrage constitue une sorte d'hommage aux mineurs et s'inscrit dans la foulee des travaux de Gaudreau cherchant a redorer l'image du travail minier, tout en offrant a ses travailleurs une place d'acteur au sein de cette histoire. En privilegiant principalement les sources laissees par deux compagnies minieres de Kirkland Lake, soit la Lake Shore Gold Mines et la Wright-Hargreaves--notamment, les rapports d'accidents, les fiches d'employes et les livres de paie--l'ouvrage replace l'ouvrier mineur au centre de plusieurs thematiques jusqu'alors abordees par l'historiographie sur une echelle plus globale. Il s'agit, d'une certaine maniere, d'humaniser l'histoire de Kirkland Lake, en etudiant l'influence qu'auront eue les mineurs sur l'entreprise, sur les conditions de travail, mais egalement sur la ville et leur communaute. Les chapitres sur la vie quotidienne (chapitres 6 et 9) et sur la <> (chapitre 7) serviront quant a eux a <>(p. 183) Si cette attention sur la dimension socioculturelle de la ville miniere n'est pas entierement originale--on se referera, entre autres, aux travaux de Louise Bryce et d'Odette Vincent pour l'Abitibi--c'est la place centrale que prennent les mineurs dans ees etudes qui offre une belle contribution a l'historiographie.

A notre avis, Mine, travail et societe a Kirkland Lake constitue un ouvrage coherent et dans lequel les differentes perspectives abordees dans les chapitres s'entrecoupent, favorisant une lecture fluide et agreable. Cette coherence est en partie attribuable au fait qu'outre quatre chapitres--dont un ecrit en collaboration avec Gaudreau--, la grande majorite de l'ouvrage est le produit de ses reflexions. Il taut toutefois preciser que l'ouvrage ne constitue pas une nouveaute. Cinq de ses chapitres ont prealablement ete publies sous la forme d'articles, alors que presque l'entierete de l'ouvrage a fait l'objet d'une publication numerique intitulee Les hauts et les bas des mineurs de Kirkland Lake en 2006. Le lecteur familier avec les travaux de Gaudreau, notamment L'histoire des mineurs du Nord ontarien et quebecois (2003), y trouvera egalement certaines repetitions, que ce soit dans les conclusions proposees, la methodologie adoptee, voire parfois meme, dans les donnees et le choix des photographies. Tout de meme, l'ouvrage nous permet de revisiter certains textes plus negliges par l'historiographie, bien que forts interessants. Les contributions de Sophie Blais sur la greve de Kirkland Lake de 1941-1942 (chapitre 8) et de ses effets sur les families et la communaute (chapitre 9), en sont d'ailleurs de bons exemples. En postulant que la greve serait le produit d'une solidarite emergeant entre les travailleurs oeuvrant sous terre, opposee a une <> des employes travaillant a la surface (p. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.