Academic journal article Fu Jen Studies: literature & linguistics

Les Mentalites Mortuaires En Egypte Antique

Academic journal article Fu Jen Studies: literature & linguistics

Les Mentalites Mortuaires En Egypte Antique

Article excerpt

Dans toute culture, groupe ou individu existe une memoire : une accumulation historique a partir de laquelle on interprete le monde dans lequel on vit. Toutes les angoisses ou esperances existantes en nous portent en leur sein des mythes anciens, parfois meconnus de l'homme moderne. Selon Levi-Strauss, les mythes sont a la base de toutes les civilisations et si certains sont particuliers a chaque societe, d'autres traversent les epoques et franchissent les frontieres de leurs societes d'origine, ce sont les << mythes-racines >>, c'est-a-dire des fondements mythiques, universalises qui passent de peuple en peuple, en conservant un argument central plus ou moins identique, avec des deformations de scenario, des changements dans le nom des personnages et de leurs attributs secondaires. Dans ces mythes, nous observons la presence des dieux et de leurs actions.

Cette structure est a la fois interne mais aussi le resultat d'influences externes, plus diffuses et donc moins commentees par les historiens. L'aspect trop scientifique de l'Histoire de ces deux derniers siecles a justement empeche de voir que les civilisations ne s'expliquent pas seulement par des faits politiques et economiques mais aussi par des valeurs que nous qualifierons de << sensibles >> (au sens emotionnel). Apres une longue controverse, pas terminee, les historiens commencent aujourd'hui a accepter deux idees importantes : les emotions sont parfois plus essentielles que les sciences pour expliquer une civilisation et il faut voir au-dela de la Grece, en l'occurrence en Egypte, pour comprendre les origines de certaines valeurs europeennes.

S'il y a un point sur lequel chaque civilisation developpe tout un savoir culturel et religieux, ce sont les rituels funeraires. L'Homme est le seul etre vivant a prendre soin de ses defunts. Il signe la son humanite. Des la prehistoire, il enterre ses morts. Les premieres civilisations humaines se fondent sur l'idee qu'ensemble, chaque individu peut se proteger des dangers exterieurs mais egalement, chaque individu peut grace a des divinites se proteger de l'aneantissement de la mort. Le sociologue Jean Cazeneuve ecrivait : << Une societe depourvue de tout rituel serait une anomalie >>.

Pour cette recherche, nous nous attarderons sur les rites funeraires et a l'influence de l'Egypte ancienne dans la constitution des rites funeraires europeens. Meme si les autorites chretiennes ont cherche a supprimer toute trace de paganisme en brulant des temples et meme la grande bibliotheque d'Alexandrie, ces traditions egyptiennes n'ont jamais totalement disparu. Nous nous interesserons notamment aux rites funeraires lies au dieu Anubis qui progressivement s'installeront tout autour de la mediterranee. Le dieu Anubis est celui dont les temoignages sont les plus nombreux et permettent donc de plus aisement etudier le passage des rites de l'epoque egyptienne a l'epoque greco-romaine.

L'objectif est de demontrer, comme Platon l'a ecrit, que la civilisation europeenne n'est pas nee d'une creation spontanee venue des Grecs mais d'un lent metissage des pensees, traditions et mythes greco-egyptiens. Nous pouvons identifier plusieurs etapes dans ces transferts: la maturation egyptienne, les influences egyptiennes sur l'orphisme, le platonisme grec, la philosophie greco-romaine puis le christianisme.

Les papyrus egyptiens, comme le livre des morts, constituent les sources les plus pertinentes pour faire une presentation des mentalites funeraires en Egypte. Par la suite, nous pouvons voir comment les cultes isiaques (consacres a la deesse Isis) ont permis de continuer a propager les rites lies au dieu Anubis tout autour de la Mediterranee. Des sanctuaires dedies a Anubis sont repertories dans toute l'Europe occidentale. Des textes d'epoque mentionnent que des sanctuaires dedies a Anubis ont existe dans les actuelles villes d'Arles ou Nimes.

Pourquoi l'Egypte? …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.