Academic journal article Alif: Journal of Comparative Poetics

Traduire la Virtu De Machiavel En Anglais

Academic journal article Alif: Journal of Comparative Poetics

Traduire la Virtu De Machiavel En Anglais

Article excerpt

This article explores the possibilities of producing knowledge about political life through an analysis of translation practices of political texts. It re-examines the historical debate between different schools in the field of Western political ideas regarding whether text or context should be given more primacy. It reveals that considering translation practices involved in this debate allows us to better describe and understand how the field of political science itself is structured as a polemical field. The example of the English translation of the Italian word/concept virtii, used by Machiavelli in the sixteenth century, illustrates this thesis.

I don't speak Italian, but I know Straussians.

--Anonyme

Introduction

Dans cet article, nous affirmons que l'etude de la pensee politique gagnerait a prendre au serieux les pratiques de traduction. Pour le dire en termes plus disciplinaires, la traductologie pourrait nounir ou informer la science politique--et vice versa, peut-etre.

Cette these est peu polemique dans la mesure ou l'etude de la pensee politique, ou de ce qu'on appelle la philosophic politique, en particulier sous la forme de l'histoire des idees politiques (nous reviendrons sur ces appellations et les distinctions qu'elles cherchent a marquer), requiert de se familiariser avec une serie de textes--un corpus qui est aussi un canon--ecrits dans differentes langues (grec ancien, hebreu, latin, arabe, italien, francais, anglais, allemand, russe, etc.). Le politologue type lira la plupart de ces textes en traduction dans une seule langue, a moins qu'il maTtrise une, deux, ou meme plusieurs langues supplementaires. En tous les cas, il est rare qu'un seul chercheur soit en mesure de lire tous les textes du canon de la pensee politique "occidentale" dans la langue ou ils ont ete ecrits, si ce n'est qu'en raison du fait que chaque langue s'est elle-meme transformee historiquement. De maniere generale, la traduction est done une condition de possibilite de la production d'un savoir ou d'une connaissance de la pensee politique. Pourtant, les nombreux problemes souleves par les pratiques de traduction et etudies en traductologie sont remarquablement peu discutes dans le champ politologique, sauf parfois entre specialistes qui travaillent sur un meme concept ou un meme auteur. Un des objectifs de cet article est done de montrer l'utilite d'une reflexion sur la traduction par et pour les politologues, a la fois dans leur recherche, mais peut-etre surtout dans leur enseignement: on n'enseignera pas le meme texte et les memes idees selon la traduction qui sera choisie. (1) Nous esperons en outre qu'il puisse servir en sens contraire : que les traductologues prennent conscience que toute traduction, particulierement celle impliquant des relations de retraduction, peut etre politiquement motivee. Ainsi, notre but est en grande partie de contribuer a ce que les champs de la traductologie et de la science politique prennent conscience qu'un dialogue entre eux pourrait permettre de poser de nouvelles questions sur leurs objets communs.

L'un des rares cas de traduction qui soient effectivement discutes entre specialistes dans le sous-champ de l'histoire des idees politiques est le mot italien vir tu, tel qu'il fut utilise par Nicolas Machiavel dans son livre le plus celebre, Le Prince (II Principe, 1513), ainsi que dans ses Discours sur la premiere decade de Ti te Live (Discorsi sopra la prima Deca de Tito Livio, c. 1517). L'inclusion d'une entree "virtu" dans le Vocabulaire europeen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles demontre meme que ce cas interesse la recherche au-dela des frontieres classiques des departements universitaires de science politique (voir Fontana). Les debats sur le--ou les--sens du mot virtu, tel qu'il fut utilise par Machiavel, sont egalement des debats sur ou autour de l'importance de Machiavel lui-meme, de sa pensee, de ses intentions et de ses effets, car ces debats concernent le travail de l'oeuvre machiavelienne (voir Lefort), telle que cette oeuvre textuelle s'est construite historiquement a travers differentes lectures et differentes receptions dans differentes langues, notamment le francais et l'anglais. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.