Academic journal article Canadian Journal of Education

Revendiquer Sa Legitimite En Contexte De Reclamation D'un Ordre Professionnel : Le Cas Des Orthopedagogues Du Quebec

Academic journal article Canadian Journal of Education

Revendiquer Sa Legitimite En Contexte De Reclamation D'un Ordre Professionnel : Le Cas Des Orthopedagogues Du Quebec

Article excerpt

Introduction

Au cours des dernières années, le gouvernement libéral du Québec, prenant des mesures pour réduire les déficits publics et diminuer l'endettement de la province, a assuré à la population du Québec que les mesures d'austérité mises en place n'auraient pas de conséquences sur le plan des services offerts aux citoyens (IRIS, 2016). Force est de constater que la politique de rigueur budgétaire a obligé plusieurs changements ayant de lourdes conséquences dans différentes sphères sociétales malgré les dires dudit gouvernement. Parmi ceux-ci, l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) recense de nombreuses suppressions de postes chez le personnel de soutien enseignant (psychologues, orthophonistes, orthopédagogues, etc.), une diminution des heures d'accompagnement pour les élèves en difficulté, etc.

Ces multiples changements ont eu comme répercussion de mettre à l'avantplan l'importance des services éducatifs complémentaires. En effet, dans la sphère médiatique, plusieurs journalistes et groupes de citoyens se sont employés à dénoncer les compressions en éducation. Si c'est particulièrement cet aspect de l'éducation qui a été traité dans les médias (pensons notamment à la série de chroniques dans La Presse, de Patrick Lagacé, Si l'école était importante (1)), c'est parce que les multiples compressions, dans ce secteur, ont eu comme principales conséquences d'amoindrir les services auprès des élèves en difficulté (IRIS, 2016).

Au Québec, le nombre d'élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation et d'apprentissage (EHDAA) ne cesse de s'accroître d'année en année (selon les dernières données disponibles 2003-2013) (Kalubi et al., 2015). Le besoin de professionnels de l'éducation se fait ressentir autant dans les classes << ordinaires >>, où des élèves en difficulté sont intégrés, mais également dans les classes << spéciales (2) >>. Le ministère de l'Éducation mise sur la collaboration entre tous les intervenants du milieu scolaire et, en ce sens, conseille fortement d'avoir un nombre suffisant et une variété d'intervenants dans chaque milieu afin d'offrir des conditions propices aux apprentissages et à la réussite de tous les élèves (ministère de l'Éducation du Québec [MEQ], 1999, 2002 ; ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur [MEES], 2017).

Dans ce contexte, un groupe de travailleurs de l'éducation, les orthopédagogues, joue un rôle fondamental (Office des professions du Québec [OPQ], 2014) et, depuis un certain temps, réclame la création d'un ordre professionnel.

Cet article a pour objectif d'étudier la démarche de légitimation de cette réclamation, à travers l'analyse des dimensions discursive et argumentative du discours. Il s'agit d'étudier cette démarche chez les orthopédagogues du Québec, à travers la façon dont ils se définissent et se positionnent par rapport à leur rôle, à leur pratique, ainsi que par rapport aux autres professionnels du milieu éducatif.

L'orthopédagogie, une profession en réponse à un besoin

Depuis les années 1960, l'augmentation des élèves en difficulté, en particulier par la multiplication de diagnostics, a entraîné la création d'une nouvelle pratique, l'orthopédagogie, afin de répondre aux besoins des institutions scolaires (Gonçalves et Lessard, 2013). Le développement de l'orthopédagogie est inspiré des approches dites << rationnelles >> et << planifiées >> des problèmes scolaires qui sont préconisées par des professionnels tels que les psychologues, les médecins et les psychiatres (Gonçalves et Lessard, 2013 ; Tardif et Lessard, 1992).

À l'heure actuelle, l'orthopédagogie se définit comme la science de l'éducation visant l'évaluation et l'intervention auprès d'élèves susceptibles de présenter ou présentant des difficultés d'apprentissage (Association des orthopédagogues du Québec [ADOQ], 2016). Parmi les intervenants offrant ce que le Ministère nomme les services éducatifs complémentaires (aide et soutien à la réussite), l'orthopédagogue est celui qui participe à la rééducation des élèves en difficulté (Direction de l'adaptation scolaire et des services complémentaires [DASSC], 2002). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.