Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Jeux D'ombre et De Lumiere Dans Les Miserables De Victor Hugo

Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Jeux D'ombre et De Lumiere Dans Les Miserables De Victor Hugo

Article excerpt

Parler de l'ombre et de la lumiere dans l'oeuvre de Victor Hugo n'est pas une nouveaute. Beaucoup de critiques ont fait reference a ce theme dans leurs etudes de l'oeuvre hugolienne.(1) Pourtant, etudier l'ombre et la lumiere dans Les Miserables, c'est ecrire tout un roman car cette oeuvre grandiose contient tous les themes hugoliens possibles de l'utilisation du clair-obscur. Hugo a toujours aime utiliser l'ombre et la lumiere, que ce soit dans sa poesie, ou dans ses dessins de type clair-obscur; l'auteur, dans toute son oeuvre artistique, voit la vie en blanc et en noir (Richardson 171). Toutefois, c'est dans Les Miserables que cette anti-these d'ombre et de lumiere entre avec force; l'histoire de Jean Valjean est le texte par excellence qui permet a son auteur de creer une image visuelle dans une narration complexe, de parler d'emotions humaines et de Dieu, et d'exposer aux lecteurs ses idees revolutionnaires et sociales concernant la societe de son epoque. Avec Les Miserables, et l'utilisation de l'ombre et de la lumiere, Victor Hugo nous donne un excellent exemple de la richesse de son style litteraire ainsi que de sa mission d'auteur-visionnaire qui regarde vers l'avenir pour soulager tous les maux d'une societe en evolution. Les Miserables est un melange de narration et de philosophie, une oeuvre qui fond ensemble "le recit et l'ideologie" (Hunt 130). Ombre et lumiere participent a la composition du texte pour donner des effets d'eclairage remplis de suspens ou d'emotions; elles permettent aussi a Hugo, peintre, de presenter, dans sa narration, des vignettes en clair-obscur, sortes de photos ou de tableaux, ayant pour sujet un personnage ou toute une scene. De la plus simple chandelle a un clair de lune complice, la lumiere joue avec l'ombre pour aider les lecteurs a suivre le deroulement d'une action terrible ou pleine de beaute. Ainsi, des le debut du roman, le clair-obscur entre en jeu alors que la lune qui se leve, et qui melange sa lumiere au reste du crepuscule, permet a l'auteur de crier un effet "particulierement sinistre" (72).(2) Dans la description de l'arrivee chez l'eveque Myriel, Hugo cree une petite vignette pour nous faire decouvrir Jean Valjean ainsi que les emotions qui se produisent parma ceux qui l'observent: "le feu de la cheminee l'eclairait. Il etait hideux. C'etait une sinistre apparition" (78). Ce tableau litteraire se retrouve dans la rencontre avec Petit Gervais; alors que l'enfant s'approche, la lumiere du soleil "lui mettait des fils d'or dans les cheveux" et "empourprait d'une lueur sanglante la face sauvage de Jean Valjean" (115).

La lumiere naturelle peut aussi devenir un projecteur de theatre qui met en relief un personnage specifique afin de creer un effet de surprise dans le texte. A travers le trou d'une serrure, Javert apparait au regard de Valjean quand "un rayon de la lumiere du dehors le fit saillir comme une silhouette" (460), et Marius, qui espionne la chambre voisine des Jondrette, reconnait Panchaud grace a la lumiere d'une chandelle (814). La lumiere/projecteur peut aussi donner aux lecteurs une idee quant au caractere du personnage qu'ils observent: Myriel, le bienheureux, dort avec un visage baigne de lune qui le fait apparaitre "comme dans une gloire" (108); Cosette, servante des Thenardier, est eclairee par le feu de la cheminee qui "rendait sa maigreur affreusement visible" (415), maas cette meme enfant, endormie dans le couvent du Petit-Picpus, est touchee par" un rayon de soleil horizontal," et ressemble tout a coup "un ange buvant de la lumiere" (546). Marius, qui regarde son pere, le baron de Pontmercy, sur son lit de mort, distingue "a la clarte crepusculaire de la chandelle" une derniere larme due au retard de son fils (641), et enfin Jondrette, qui complote sa prochaine mauvaise action, a "plutot l'air d'un demon que d'un forgeron" dans l'appartement qui" ainsi eclaire ressemblait plutot a une forge qu'a une bouche de l'enfer" (796).

Hugo utilise aussi une autre sorte d'eclairage pour mettre en evidence un personnage: la lumiere morale et metaphysique qui revile les sentiments caches au fond d'une ame; chaque personnage devient alors complice de l'ombre ou de la lumiere. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.