Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Une Amitie Litteraire: Chateaubriand et Dumas Pere

Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

Une Amitie Litteraire: Chateaubriand et Dumas Pere

Article excerpt

A premiere vue tout separe ces deux ecrivains romantiques. Ils n'appartiennent pas a la meme generation: Chateaubriand atteint la celebrite a trente-trois ans, lors de la parution d'Atala en 1801, soit un an avant la naissance de Dumas. Chateaubriand appartient a la noblesse bretonne, alors que les antecedents de Dumas sont plus meles: son grand-pere paternel est Normand, c'est le marquis Alexandre-Antoine Davy de La Pailleterie (1714-1786). Son pere Thomas-Alexandre (1762-1806) (fils illegitime reconnu par son pere) a ete mis au monde par une esclave haitienne, Cesette Dumas (morte en 1772), dont il a pris le nom en 1786 en entrant dans l'armee francaise (il deviendra general en 1793); il epousera (en 1792) Marie-Louise Labouret, fille d'un aubergiste de Villers-Cotterets. Alors que Chateaubriand a fait de solides etudes, est devenu le soutien officiel de l'Eglise et des Bourbons, Dumas n'a pas ete un bon eleve, est indifferent en matiere de religion, et se dit republicain.

Lors de leur rencontre, le 26 aout 1832 a Lucerne, les deux ecrivains sont tous deux exiles volontaires en Suisse, pour des raisons tres differentes. Quand la duchesse de Berry a debarque en France en 1832, dans l'espoir de mettre sur le trone son fils Henri V, Chateaubriand, accuse de complicite, a ete mis en prison a Paris du 16 au 30 juin. Une fois libere il est parti pour la Suisse pour echapper aux poursuites de ses creanciers: en 1830 il a perdu sa pension de pair de France car il a refuse de preter serment a Louis-Philippe; depuis il a fait face a ses depenses grace a des secours fournis par Charles X et par son neveu le comte Louis de Chateaubriand. Quant a Dumas, il a pris part a la manifestation du 5 juin 1832 a Paris, lors des funerailles du general Lamarque, on a meme fait courir le bruit qu'il a ete fusille. On lui a conseille de se faire oublier; le temps de reunir quelques fonds, le voila parti le 21 juillet pour la Suisse.

En 1832, Chateaubriand est le plus grand ecrivain francais vivant. Dumas n'est devenu celebre qu'en 1829, lors de la creation a la Comedie-Francaise de son drame Henri III et sa cour; jusqu'en 1832 il a fait jouer huit autres pieces a succes.

Dans les Memoires d'Outre-Tombe,(1) a propos de cette rencontre, Chateaubriand declare seulement: "Voici M. A. Dumas; je l'avais deja apercu chez David, tandis qu'il se faisait mouler chez le grand sculpteur." Dumas a fait avec verve le recit de leur entretien dans ses Impressions de voyage en Suisse, publiees peu apres, dans son chapitre xl intitule "Les poules de M. de Chateaubriand." Pourquoi ce titre? Quand Dumas se presente a l'hotel ou est descendu le Vicomte, on lui apprend qu'il est sorti "pour donner a manger a ses poules" -- ce sont les poules d'eau du Lac des Quatre-Cantons, auxquelles il distribue du pain. Alexandre ayant laisse son adresse, Chateaubriand l'invite a dejeuner pour le lendemain a dix heures. Dumas a conscience de l'honneur que lui fait le Sachem du Romantisme:

   A Paris, je n'eusse point ose me presenter a lui; mais hors de la France, a
   Lucerne, isole comme il l'etait, je pensais qu'il y aurait peut-etre
   quelque plaisir pour lui a voir un compatriote [...]

      Il y avait bien longtemps que je desirais voir M. de Chateaubriand. Mon
   admiration pour lui etait une religion d'enfance; c'etait l'homme dont le
   genie s'etait le premier ecarte du chemin battu, pour frayer a notre jeune
   litterature la route qu'elle a suivie depuis [...].

L'enthousiasme de Dumas s'exprime par d'etranges images:

   il avait suscite a lui seul plus de haines que tout le cenacle ensemble;
   c'etait le roc que les vagues de l'envie, encore emues contre nous, avaient
   vainement battu pendant cinquante ans, c'etait la lime sur laquelle
   s'etaient usees les dents dont les racines avaient essaye de nous mordre.

Il s'est senti si ecrase par l'"immense superiorite" de Chateaubriand que le cour lui a manque au moment d'entrer: "j'eusse moins hesite, je crois, a frapper a la porte d'un conclave. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.