Academic journal article Canadian Ethnic Studies Journal

Quelques Observations Sur Les Mariages Irlandais Dans la Paroisse Notre-Dame De Montreal (1840-1861)

Academic journal article Canadian Ethnic Studies Journal

Quelques Observations Sur Les Mariages Irlandais Dans la Paroisse Notre-Dame De Montreal (1840-1861)

Article excerpt

ABSTRACT/RESUME

Vous trouverez dans cet article une analyse des comportements matrimoniaux des Irlandais faite partir des registres de manages de la paroisse Notre-Dame de Montreal entre les annees 1840 et 1861. L'auteur demontre que la periode posterieure la Grande Famine correspond une hausse, d'une part, de la proportion d'epouse mineures et, d'autre part, des epous et des epouses orphelins d' au moins un de leurs parents. Par ailleurs, il semble qu'il y ait homogeneisation de la communaute irlando-montrealaise: c'est du moins ce que revelent les resultats sur l'endogamie de province et de comte, qui decroit au fil des annees. Seuls les Irlandais originaire de la province du Munster font figure part. Enfin, l'auteur a pu constater une forte endogamie ethnique et religieuse. Quant l'exogamie ethnique qui a Pu etre constatee, elle est principalement due la celebration de manages avec des Canadiens francais.

This article is an analysis of the matrimonial habits of Irish immigrants between the years 1840 and 1861, based on marriage records taken from the parish of Notre-Dame de Montreal. The author demonstrates that the period following the Great Famine corresponds to an increase of, first, minor brides (under twenty-one years old), and, second, the number of husbands and wives orphaned from at least one of their parents. Furthermore, there seems to have been a homogenization of the Montreal Irish community: this is revealed by statistics regarding endogamy of province and county, which diminishes from year to year. Only Irish from the province of Munster are an exception. Finally, the author concludes that there was a strong ethnic and religious endogamy. Any notable ethnic exogamy is principally due to marriages with French Canadians.

Traditionnellement, disait G.R.C. Keep, les relations entre Canadiens francais et Irlandais sont considerees comme suit:

[...] no French-Canadians dared tread the streets of Griffintown in its heyday; yet the same tradition holds that Irish girls tended to marry Franch-Canadians [sic], while Irishmen, as in Ireland at a later period, tended to celibacy. (2)

Une tradition manifestement composee d'elements contradictoires, ce qui d'ailleurs la rend d'autant plus interessante. Comment et pourquois'est-elle formee? Comment expliquer qu'elle se soit maintenue jusqu'a aujourd'hui? (3) Voila certes un ensemble

Canadian Ethnic Studies, XXX, No. 1, 1998 de questions pour le moins complexes, mais pour lesquelles il n'existe probablement pas de reponses claires et precises.

Pour ce qui est plus precisement des liens matrimoniaux qui ont Pu se tisser entre Irlandais et Canadiens francais, peu encore a ete dit. En fait, ce propos, l'historiographie n'a guere depasse la tradition relevee par Keep. Bref, les comportements matrimoniaux de la communaute irlandaise demeurent encore empreints de beaucoup d'ambiguite et de questions sans reponse. Or, justement, ces comportements font I 'objet du present article. Pour les analyser, nous avons procede une analyse des registres de manages de la paroisse Notre-Dame de Montreal -dont les limites ternitoriales englobaient la Cite de Montreal de l'epoque- (4) entre les annees 1840 et 1861. (5)

Des 3346 manages retenus, il a fallu proceder un tri afin de distinguer les Irlandais de, par exemple, les Ecossais ou les Anglais. Pour ce faire, nous avons considere le lieu d'origine et le nom de famille. Ainsi, pour 83,1% des epoux et 78,6% des epouses, le comte irlandais etait specifie. Pour les autres, un tri a ete fait a partir des noms de famille, uniquement ceux de consonance irlandaise ayant retenus. (6) Il a pu de la sorte arriver que seul l'epoux ou l'epouse de certains couples ait ete considere.

Les mariages ont par la suite ete divises en deux periodes, soit de 1840 a 1845 et de 1846 a 1861, periodes pour lesquelles nous avons obtenu respectivement 865 et 2481 mariages. La premiere periode correspond aux annees d'avant la Grande Famine. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.