Academic journal article Refuge

L'integration Des Refugies Guatemalteques Au Mexique et Leur Transformation Progressive En Acteurs Autonomes

Academic journal article Refuge

L'integration Des Refugies Guatemalteques Au Mexique et Leur Transformation Progressive En Acteurs Autonomes

Article excerpt

Resume

Cet article evoque l'integration des refugies guatemalteques au Mexique et il considere trois perspectives : l'integration est une decision politique et se met en place en tant que politique, mais il s'agit aussi du desir des refugies de demeurer definitivement dans le pays d'asile et elle fait reference a l'experience d'une integration spontanee, processus qui resulte des interactions entre Guatemalteques et Mexicains. La politique d'integration a pour consequence le retrait progressif et la disparition de certains acteurs clefs comme les institutions specialisees et les organisations non gouvernementales. Face a cette situation, les <> ou nouveaux immigrants entreprennent de former des organisations propres, qui ont commence a cheminer vers une autonomie croissante et temoignent de leur integration politique.

Introduction

En aout 1996, le Secretaire mexicain de l'Interieur rendit publique une decision prise par le President de la Republique qui indiquait un tournant decisif pour les refugies guatemalteques qui demeuraient alors en territoire mexicain. Il s'agissait d'elargir la gamme des solutions durables offertes aux refugies jusque-la limitee pour la majorite des Guatemalteques a une double modalite de rentree au pays d'origine: le rapatriement individuel a partir de 1984 et le retour collectif et organise a partir de 1993. Seul un petit groupe de personnes avait pu procurer a leur futur une voie differente grace a la reinstallation dans un pays tiers, le Canada. Les caracteristiques socioculturelles des refugies et leurs aspirations rendaient en effet difficilement plausible la generalisation de cette solution a la totalite du groupe.

Lorsque la politique d'integration fut annoncee, environ 25 000 refugies guatemalteques vivaient au Mexique dans trois Etats du sud-est du pays. La majorite d'entre eux se trouvaient au Chiapas, zone initiale de reception au debut des annees quatre-vingt, et se repartissaient dans des villages ou ils partageaient parfois l'espace disponible avec la population mexicaine. Situees en zone rurale, ces communautes de taille diverse etaient alors toujours appelees <> bien que n'ayant jamais eu l'apparence d'un camp de refugies, au sens traditionnel du terme. Au Campeche et au Quintana Roo, Etats de la peninsule du Yucatan, residait l'autre partie de ce groupe qui fut reinstalle entre 1984 et 1985 pour des questions de securite nationale liees a la proximite de la frontiere avec le Guatemala et aux frequentes incursions de l'armee guatemalteque vers leurs lieux de residence. Les villages des refugies du Campeche et du Quintana Roo se caracterisaient en 1996 par leur nombre limite: a la difference du Chiapas ou l'on decomptait plus de 90 villages, il existait seulement trois communautes au Quintana Roo et quatre au Campeche formees exclusivement par les refugies et leurs descendants.

A partir de la reinstallation au Campeche et au Quintana Roo, la dynamique de la population refugiee suivit deux logiques distinctes. La premiere d'entre elles, celle du Chiapas se traduisit par la persistance de la politique d'assistance en raison de l'impossibilite de doter la population refugiee de terres de culture et, de ce fait, elle signifiait une certaine precaritel. La situation se compliqua en 1994 en raison du soulevement zapatiste car les questions de securite nationale reapparurent a l'ordre du jour. Les refugies guatemalteques au Chiapas recevaient alors une aide alimentaire et ce, jusqu'en 1998.

La seconde dynamique correspondait a l'experience du Campeche et du Quintana Roo, ou, des la reinstallation, les refugies commencerent a vivre dans des conditions differentes et a partir de l'annee 1989, l'entree en vigueur d'un programme appele plan multiannuel et finance par la Communaute economique europeenne (CEE) changea radicalement le contexte. En consequence, des 1993, les refugies guatemalteques furent declares <> par les agences specialisees, et l'aide alimentaire leur fut retiree (2). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.