Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

L'enfant Libertine: Pouvoir Discursif et Volonte Narrative Dans Lamiel De Stendhal.(text in French)(Critical Essay)

Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

L'enfant Libertine: Pouvoir Discursif et Volonte Narrative Dans Lamiel De Stendhal.(text in French)(Critical Essay)

Article excerpt

Le libertinage, l'ironie sociale mise au service du plaisir physique, provoque dans le roman du dix-huitieme siecle un discours de pouvoir. (1) L'enjeu principal du texte libertin, surtout chez Laclos ou chez Sade, devient le controle du monde du "coeur" par et dans le langage--un refoulement des sentiments personnels et une manipulation de ceux des autres (Cusset 2). Au dixhuitieme, ce pouvoir discursif est le plus souvent mis en oeuvre sous le nom d'un sujet-scripteur qui decrit et s'ecrit des situations narratives qu'il cree. Nous retrouvons des "je" dans des recits ou des romans epistolaires qui fonctionnent comme figures de l'acte libertin rendu signe linguistique: dans de tels textes narrer c'est le plus souvent dominer, ou tout au moins manipuler. Nous voyons ce rapprochement, par exemple, dans les lettres de Madame de Merteuil dans les Liaisons dangereuses: decrivant le processus d'un pouvoir narratif dans ses lettres a Valmont, en meme temps elle l'effectue. Dans l'intrigue de leur liaison, l'important devient le pouvoir du savoir, et du savoir dire. En montrant comment elle peut a la fois se creer en tant qu'actrice mondaine et se recreer en tant que personnage dans son propre recit, Mme de Merteuil indique a Valmont qu'elle vaut plus que lui, car la "valeur" de cette histoire, sur le champ de bataille sexuel des deux personnages, c'est qu'elle n'est pas seulement racontee, mais creee (au niveau referentiel ainsi qu'au niveau textuel) par le sujet-scripteur.

Cette tendance narrative est soumise, dans le roman realiste du dix-neuvieme siecle, a un effort qui consiste a rendre transparent le langage, a pretendre decrire au lieu de creer. Ce que Gerald Prince traite comme narratif en tant que theme--c'est-a-dire des textes fictifs qui font reference a leur propre narration (fictive)--est moins repandu dans les romans du dix-neuvieme (Prince 17), ou nous trouvons le plus souvent des narrateurs omniscients qui racontent des histoires a la troisieme personne. Catherine Cusset, entre autres, constate d'ailleurs que l'on ne retrouve plus de textes libertins au dix-neuvieme siecle, que le libertinage reste un genre litteraire du dix-huitieme. Et Naomi Schor, dans son etude de la femme dans le roman realiste, soutient que l'heroine post-revolutionnaire "is consistently deprived of the minimal attribute[s] of subjecthood, ... the faculty of speech, the capacity to produce signs, ... the right to move about freely" (135). Ne pourrions-nous pas avancer un lien possible entre ces theories? Le libertinage n'inciterait-il pas, par sa concurrence discursive meme, a une certaine thematique narrative? Et, cette narrativite, produite par un discours de pouvoir, ne servait-elle pas a mettre en cause les contraintes sociales de l'ere inauguree par Napoleon I (et son Code Civil), surtout quand elle est exercee par une femme? Vu sous cet aspect, Lamiel de Stendhal, roman inacheve forme de deux versions differentes, demontre un pouvoir narratif confronte a, et affaibli par, des contextes contradictoires. Le roman essaie de mettre en oeuvre des voix libertines pendant la periode de la Restauration, quand l'Ancien Regime tente de se retablir par le biais de l'eglise. Le texte, commence en 1839 et toujours en etat de brouillon, bien qu'un brouillon remanie et retravaille, le 23 mars 1842, jour de la mort d'Henri Beyle, accuse aussi la periode de sa production, quand "la toute-puissance de la mode et de la vanite" menait "le regne de l'opinion et ... du conformisme." (2) La dissymetrie fascinante que developpe le roman entre une heroine quasi-libertine et son environnement etouffant invite une analyse des rapports entre les tensions sociales que celle-ci provoque et les essais narratifs qu'elle tente, entre le pouvoir et le dire.

Avant l'apparition en 1971 de l'edition de Victor Del Litto, l'etat inacheve de ce dernier roman de Stendhal a conduit beaucoup de critiques a n'en tenir aucun compte. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.