Academic journal article French Forum

Yves Bonnefoy et la Poesie a L'affut Du Monde.(text in French)(Critical Essay)

Academic journal article French Forum

Yves Bonnefoy et la Poesie a L'affut Du Monde.(text in French)(Critical Essay)

Article excerpt

"Que faire," demande Bonnefoy, "pour qu'il yait quelque sens encore dire Je?" (1) Cette question presque corollaire l'autonomie du signifiant, "cet exces des mots sur le sens" (LDI 23), Bonnefoy la pose afin de situer la force de la parole poetique dans un espace vecu ou le texte passe a un pouvoir ethique, les mots n'etant plus contraints de representer un monde par un sens referentiel. Si, a l'age moderne, l'origine de l'enonce lyrique n'est pas l'experience personnelle et un itineraire d'expression, cela veut-il dire que les mots sont desormais replies sur eux-memes l'interieur d'une logique textuelle? L'unique fonction du texte serait-elle de susciter la competence litteraire et sociolexicale du lecteur en taut que tel et de remplacer le sujet par un ensemble de regles formelles? Au contraire, le projet mallarmeen de ceder l'initiative aux mots, pousse a sa fin logique, ranime la force de la parole dans le sens ou toute experience est desormais reglee par des signes. Ainsi le sujet persiste toujours mais seulement (ou pleinement) comme effet de la pratique langagiere plutot que l'inverse. La capacite du texte poetique mediatiser l'etre-au-monde se declare michemin entre la reference un monde prealable et 1'analyse des relations intra-ou intertextuelles, car selon Bonnefoy la lecture est cet acte ou le lecteur "ne lit pas" (LDI 23) mais se laisse introduire dans une realite ontologique qui depasse largement les confins du texte.

Cette maniere d'aborder le texte se precise depuis quelque temps, au fur et mesure que la critique abandonne le modele purement textualiste de la lecture et vise la reinscription de la parole dans un monde de 1'action humanine. (2) Et pourtant l'intuition du pouvoir ethique de la poesie est plus classique qu'elle n'est modeme. Dans la Poetique Aristote definit la mimesis comme l'imitation de l'homme en action, la notion de caractere decoulant de celle d'action et non l'inverse, de sorte qu'il ne s'agit pas d'un sujet affectif qui se donne l'expression. mais plutot d'une hypothese d'une forme de vie. C'est donc dans ce sens que Jean-Claude Pinson a voulu reconcilier la phenomenologie et la poetique, decelant dans le texte "une proposition de monde--une proposition quant a une modalite possible de son habitation." (3) Et certes, la poesie d'Yves Bonnefoy, bien loin de reclamer uniquement une disposition critique vis-a-vis du texte, semble demander au lecteur de se situer par rapport a des horizons exterieurs a la realite du texte et d' entreprendre un contact intime avec la presence qui l'entoure. Faire comme chez soi dans le concret imminent est la contrainte de cette poesie qui invite a une participation a la realite terrestre.

Selon une telle poetique de 1'objet le texte permet au lecteur de partir a la rencontre des choses et de decouvrir "toute une terre, rendue d'un coup a sa soif" (LDI 23). Or rien au monde n'est plus proche de nous que notre langage, d'ou l'insuffisance du realisme philosophique a sauver le texte d'un pur textualisme renoncant a tout rapport avec la terre: l'affirmation de la presence des choses si necessaire a une poetique de l'objet est decue au moment meme de la lecture. Bonnefoy veut mettre les choses a portee de la voix, faisant de la parole la modalite du "desir a jamais humain d'etre un sujet responsable" (LDI 22). C'est-a-dire responsable de la gestion de soi-meme et de ses environs, car chez Bonnefoy le mot n'est pas la ressource d'un savoir de ce qui le precederait mais au contraire un acte qui instaure l'etre. Dire je a encore du sens parce que c'est le seul acte qui fasse, a proprement parler, sens.

Le projet ontologique de Du mouvement et de l'immobilite de Douve s'annonce des le deuxieme poeme du recueil. Il s'agit d'assumer les dimensions de notre etre materiel pour fonder un lieu dresse contre le sentiment d'exil legue par la superstition et la religion. Bonnefoy cherche a apprendre au lecteur a se placer devant la realite terrestre afin de pouvoir prononcer avec la fameuse Douve cette predilection pour le hic et nunc:

Plutot le lierre, disais-tu, 1'attachement du lierre aux pierres de sa nuit: presence sans issue, visage sans racine. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.