Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

L'Or Du Poete et L'or Du Financier: Une Lecture De Chatterton, De Vigny, Avec Mallarme

Academic journal article Nineteenth-Century French Studies

L'Or Du Poete et L'or Du Financier: Une Lecture De Chatterton, De Vigny, Avec Mallarme

Article excerpt

La communication qui a fourni le point de depart du present article s'intitulait "Crise de vers" dans l'industrie du soi: "Chatterton de Vigny," selon une serie de (mauvais) jeux de mots occasionnes par la rencontre a premiere vue inattendue du poete romantique et du maitre du symbolisme autour de la question des modes de symbolisation poetique a l'interieur de l'economie de marche. En effet, Dans "crise de vers" et quelques autres textes de Variations sur un sujet, Mallarme tente une redefinition de la poesie qui subit, apres la mort du "geant Hugo," "une exquise crise fondamentale" (360). Or, un demi-siecle auparavant, Vigny donnait deja a lire, dans sa piece, Chatterton, une crise de vers qu'il est interessant de rapprocher et de mettre en contraste avec celle de Mallarme. Mallarme et Vigny developpent tous deux la question du statut de la poesie par rapport a l'economie politique dans des termes a premiere vue etonnamment semblables. Mon but est de montrer que c'est bien des mots et de leur jeu qu'il s'agit dans cette mise en resonance des textes de ces deux poetes autour de la question economique et poetique. Du romantisme au symbolisme, je propose donc de lire Vigny avec Mallarme en superposant ces deux "crises de vers" qui se situent de part et d'autre de l'epoque realiste. Si, dans le titre initial, du vers poetique je passais au ver a soie et de la, a la problematique du soi, c'est-a-dire de l'identite subjectale, c'etait pour signaler que la crise de la poesie, chez Mallarme comme chez Vigny, va se reveler un phenomene textuel lie a la fois au moment economique d'une industrie orientee vers la production de marche et a la question du statut du sujet ecrivant dans cette societe. Des deux cotes, pourrait-on dire, le ver est dans le fruit.

Pourtant, objectera-t-on, ni le moment economique, ni la forme d'esthetique poetique ne sont les memes chez Vigny et Mallarme. La question de ces differences est bien parmi celles qui devront etre confrontees et elucidees dans cet essai. Ce qui m'interesse ici c'est que, de chaque cote de l'epoque realiste, dans son en deca romantique comme en son au-dela symboliste, deux poetes choisissent ces termes economiques pour penser une tout aussi profonde "crise" qui les oppose a la societe contemporaine. Je propose donc de considerer et de preciser d'abord brievement l'encadrement historique luimeme afin de mieux comprendre et de definir les enjeux qui lient symbolisation economique et litteraire de part et d'autre de l'epoque du realisme. J'examinerai ensuite les termes des deux equations proposees par ces deux poetes entre monnayage du langage et production litteraire dans le contexte de la speculation economique et linguistique.

L'interaction des phenomenes linguistiques et monetaires dans les textes litteraires a souvent ete soulignee par la critique et n'est pas un phenomene surprenant en soi. Parmi les theoriciens de cette interaction entre langage et monnaie, Jean-Joseph Goux pose peut-etre le plus nettement les donnees de rhomologie qui lie les phenomenes de symbolisation economiques et langagiers. Pour lui, et nous y reviendrons, le point central de reference est l'epoque de la circulation de la monnaie or qui seule fait fusionner historiquement toutes les fonctions de l'or: comme archetype imaginaire (mesure etalon des valeurs), symbole circulant (monnaie d'echange) et tresor tangible (encaisse, reserve). Il n'est pas fortuit, selon lui, que cette epoque soit celle du regne du realisme. De meme que les billets a ordre et autres effets de speculation a cette epoque sont encore convertibles en especes sonnantes et trebuchantes, de meme l'esthetique realiste proclamerait la circulation confiante du signe linguistique et sa convertibilite en son equivalent referentiel dans le monde exterieur (Goux 54-55, 129-32). Il n'est donc pas surprenant que tant de textes realistes au dix-neuvieme siecle illustrent l'interdependance etroite du moment economique et de la recherche esthetique autour de la quete de la richesse materielle et de l'or. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.