Academic journal article The Romanic Review

Nerval et la Mise En Cause De L'auctoritas Scripturale: "Le Songe De Polyphile"

Academic journal article The Romanic Review

Nerval et la Mise En Cause De L'auctoritas Scripturale: "Le Songe De Polyphile"

Article excerpt

Parmi tous les episodes heteroclites qui composent l'introduction de Voyage en Orient de Nerval, les chapitres consacres a l'arret a l'ile mythique de Cythere, notamment les chapitres XII, XIII, et XIV, se demarquent par leur tenor nostalgique vis-a-vis d'une culture perdue et irrecuperable. Le regard du narrateur qui s'approche des cotes de Cerigo embrasse l'ile a l'allure homerique, y discernant une aurore digne des Acheens: "Je l'ai vue ainsi, je l'ai vue: ma journee a commence comme un chant d'Homere ! C'etait vraiment l'Aurore aux doigts de rose qui m'ouvrit les portes de l'Orient !" (1) Face aux debris de la culture antique, cherchant la terre absente, le narrateur se trouve tout d'un coup confronte de facon viscerale aux traces d'un heritage litteraire et culturel dont les resonances transforment cet arret imprevu en pause agonistique. Le recit du voyage proprement dit se suspend alors que le regard du narrateur transforme le paysage cythereen en palimpseste. Un discours sur l'influence que les textes exercent les uns sur les autres s'amorce, culminant dans une reecriture d'un texte du quinzieme siecle, l'Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna, reecriture par le truchement de laquelle Nerval confronte son anxiete vis-a-vis de ses precurseurs.

Dans cette etude, nous proposons de lire de tres pres les trois chapitres de Voyage en Orient consacres a la visite sur l'ile de Cerigo afin de retracer la facon dont Nerval traite des sources litteraires de ses predecesseurs. Des que s'ouvre l'intervalle cythereen, le narrateur entame un discours intertextuel qui souligne sa propre insuffisance face a la tradition litteraire. Il nuance la problematique, evoquant l'autre versant de l'angoisse de la page blanche, la peur de sombrer dans l'oubli, en reactivant un discours ecarte par la tradition judeo-chretienne, celui de la religion paienne. En ressuscitant les details qui entourent la veneration de Venus, le chapitre "La Messe de Venus" evoque le risque que court tout texte de se voir efface par le temps. Finalement, dans "Le Songe de Polyphile", Nerval met en scene sa propre confrontation avec le deja-ecrit par une reecriture ingenieuse du texte de Colonna.

Un Paysage litteraire

Apres un sejour prolonge a Vienne, le narrateur de Voyage en Orient s'embarque, mais son depart se voit compromis par le fait que n'ayant pas respecte son itineraire originel, il manque le bateau a vapeur, moyen le plus direct d'atteindre sa destination. Il est donc force d'emprunter une route plus detournee, a bord d'un autre vaisseau. Chemin faisant, la mort d'un passager anglais justifie un arret a l'ile de Cerigo, l'ancien Cythere, pour y deposer le corps, et la trajectoire du voyage se trouve compromise une fois de plus. Le texte insiste donc a trois reprises sur la difficulte du depart, emblematisant ainsi une figure de blocage et de faillite.

Aux yeux du narrateur, le paysage cythereen auquel accede le bateau ne se lit pas en termes topographiques mais est exclusivement associe aux grands artistes et penseurs qui s'en sont inspires. Meme si le narrateur ebauche une description de l'ile a l'approche du navire--"L'horizon etait obscur encore, mais l'etoile du matin rayonnait d'un feu clair dont la mer etait sillonnee. Les roues du navire chassaient l'ecume eclatante ..." (233), il l'interrompt subitement en intercalant les mots d'une certaine Corinne qu'il ne prend pas le soin d'identifier comme l'un des personnages romanesques de Madame de Stael (2): "Au-dela de cette mer, disait Corinne en se tournant vers l'Adriatique, il y a la Grece ... Cette idee ne suffit-elle pas pour emouvoir?" (233) Cette observation anodine, commentaire touristique par excellence qui tombe comme par hasard au milieu du texte, n'est pas evidente a justifier. Elle n'ajoute rien a la description de l'ile et n'est qu'une constatation cartographique qui suppose une emotion qui reste indefinie. Son insertion ostensiblement gratuite souligne son importance formelle. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.