Academic journal article Population

Sociologie et Démographie/sociology and Demography

Academic journal article Population

Sociologie et Démographie/sociology and Demography

Article excerpt

Peu importent ici les conséquences qu'on en pourra tirer sur la précarité des discussions étymologiques et de leurs conclusions. Les difficultés qu'on éprouve dans la ségrégation sémantique des vocables concernant les recherches sur l'homme, apportent un enseignement autrement important. C'est que les diverses branches de la science de l'homme, nées pluralistiquement en des temps où, quoi qu'on en pense, les préoccupations synthétiques et les possibilités de vues d'ensemble étaient moindres qu'actuellement, sont étroitement interdépendantes. L'examen des rapporte de la sociologie et de la démographie ne démentira pas cette proposition.

I

Le magistral ouvrage, intitulé Récent social trends (1) *, qui fait le point de la situation sociale des Etats-Unis aux environs de 1930 et auquel un grand nombre des meilleurs sociologues américains contribuèrent, s'ouvre, de la main des démographes THOMSON et WHELPTON, par les lignes suivantes :

« Les êtres humains sont le facteur primaire de l'évolution sociale. Les taux d'accroissement de la population, sa distribution géographique et les proportions dane lesquelles elle se partage entre les villes et les campagnes, ses origines raciales et nationales, la proportion des catégories d'âges, de sexes, d'états civils, tout cela aide à déterminer la vitesse et le sens de l'évolution passée et future. En enquêtant sur les récents changements sociaux aux Etats-Unis, il convient de commencer par ces facteurs de base que sont les naissances, les décès et Ie nombre des habitants. Avec cette connaissance précise présente à l'esprit, nous comprendrons mieux l'évolution des Américains dans leurs manières d'assurer leur existence, d'être sensibles aux différentes valeurs, de se critiquer eux-mêmes, de craindre et d'espérer au sujet de l'avenir. » (2)

Il est toujours bon, sans doute, de rappeler aux sociologues l'importance des données démographiques. Mais déjà ces précurseurs de la sociologie que sont PLATON et ARISTOTE avaient su montrer par leur exemple qu'une alliance est indispensable de la science de la société et de celle de la population. Avec minutie ils ont réglé dans leur plan d'une cité idéale, la quantité et la qualité de la population (Répub. V, Low V et VI, Polit. II). La grande affaire est de déterminer l'optimum de la population et ensuite de prendre toutes mesures afin d'empêcher les variations de ce nombre :

(Rép. V, 460 a); mesures qui n'excluent ni les procédés anticonceptionnels, ni l'infanticide, ni l'emigration; et nous savons par ARISTOTE que déjà HIPPODAMOS de MILET et PHIDON de CORINTHE avaient conçu une réglementation analogue.

Les préoccupations démographiques des Anciens en matière sociale sont surtout relatives aux incidences économiques et militaires. Ces incidences ne sont pas les seules. SOROKIN l'a montré en cherchant à mettre de l'ordre dans les théories des sociologues modernes (3). Selon Adolphe COSTE, le chiffre atteint par la population influera sur le pouvoir national et le progrès de la civilisation, sur la division du travail selon DURKHEIM et KOVALEVSKY, sur la prospérité économique selon d'AvENBL, GINI, et les théoriciens de l'optimum de population, sur l'évolution du langage selon CARLI, sur l'idéologie politique selon BOUCLÉ, et SOROKIN cite encore d'autres exemples.

Parmi les sociologues français contemporains, celui qui a conçu le plue clairement le genre de contribution que les données démographiques de base peuvent apporter aux recherches sociologiques, est probablement le regretté Maurice HALBWACHS. Formé à l'école de DURKHEIM, qui voulait que les réalités sociales fussent étudiées « comme des choses », et par là « devait attribuer une importance particulière à ce qui, dans les sociétés, emprunte davantage les caractères des choses physiques : étendue, nombre, densité, mouvement, aspects quantitatifs, tout ce qui peut être mesuré et compté » (4), ami du sociologue économètre SIMIAND et spécialiste lui-même de la statistique et du calcul des probabilités (5), HALBWACHS a sans doute fait plus qu'aucun autre dans notre pays pour rapprocher et coordonner la sociologie et la démographie. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.