Academic journal article Canadian Journal of Behavioural Science

Image Corporelle, Satisfaction Sexuelle et Conjugale Chez Des Couples Hétérosexuels

Academic journal article Canadian Journal of Behavioural Science

Image Corporelle, Satisfaction Sexuelle et Conjugale Chez Des Couples Hétérosexuels

Article excerpt

La promotion de la minceur et la lutte contre l'obésité contribuent actuellement à l'augmentation du taux d'individus insatisfaits de leur image corporelle. Ce fléau ne concerne maintenant plus uniquement les femmes, il atteint aussi les hommes (Ledoux & Rivard, 2000; Thompson & Cafri, 2007; Tiggemann, 2004). Les difficultés reliées à l'image corporelle peuvent contribuer à générer ou à exacerber des dynamiques relationnelles problématiques, particulièrement en ce qui concerne les relations intimes (Bohn et al., 2008). L'image corporelle, la satisfaction sexuelle et la satisfaction conjugale ont été associées à de nombreuses reprises, mais pas de façon intégrée, simultanément chez les hommes et les femmes. Ces construits pourraient être liés différemment selon le genre. On pourrait également observer des associations interpartenaires qui pourraient fournir des pistes cliniques intéressantes, susceptibles de faciliter la compréhension clinique de l'interinfluence des conjoints concernant l'image corporelle et la satisfaction sexuelle et conjugale. La présente étude vise donc à explorer les liens entre l'image corporelle, la sexualité et la satisfaction conjugale chez les femmes et les hommes, ainsi que les associations interpartenaires qui pourraient unir ces construits.

L'insatisfaction corporelle, une réalité répandue

Au cours des 40 dernières années, les femmes sont devenues de plus en plus insatisfaites de leur apparence physique (Abell & Richards, 1996; Parks & Read, 1997; Swami et al., 2010). En fait, les standards de beauté véhiculés, entre autres, par la société et les médias, prônent une minceur du corps difficile à atteindre pour la majorité des femmes, contribuant ainsi à rendre ces dernières plus insatisfaites de leur corps et plus désireuses de le modifier en perdant du poids (Kaschak, 1992; Singh & Young, 1995; Stice & Shaw, 1994). En effet, au Québec, plus de la moitié des femmes de 15 ans et plus (55,9 %) souhaiteraient perdre du poids pour améliorer leur apparence, et ce, peu importe leur poids actuel; 47,2 % des femmes qui ne présentent pas de surplus de poids rapportent vouloir perdre du poids (Ledoux & Rivard, 2000).

Il semble que les hommes seraient maintenant, eux aussi, préoccupés par leur apparence (Hoyt & Kogan, 2001). En effet, ces derniers sont de plus en plus sollicités par les messages qui préconisent une silhouette mésomorphique, caractérisée par une masse musculaire importante, pas ou peu de tissus adipeux et des épaules plus larges que le bassin (Abell & Richards, 1996; Barlett, Vowels & Saucier, 2008; Parks & Read, 1997). Au Québec, 37,1 % des hommes souhaiteraient perdre du poids et 6,8 % souhaiteraient en prendre (Ledoux & Rivard, 2000). Bien que la littérature soulève la présence de difficultés significatives reliées à l'image corporelle chez les deux genres, les femmes semblent malgré tout présenter une plus grande insatisfaction corporelle (Bihr & Pfefferkorn, 2002; Muth & Cash, 1997). Cependant, les études s'intéressant à l'image corporelle des hommes sont moins nombreuses que celles ayant trait aux femmes, ce qui peut con- tribuer à masquer les problématiques associées à l'image chez les hommes (Thompson & Cafri, 2007; Tiggemann, 2004).

Tant chez les hommes que chez les femmes, les préoccupations reliées à l'image corporelle sont associées à des difficultés physiques et psychologiques, telles que des comportements de santé moins fréquents (par ex., moins d'activité physique), une faible estime de soi, des sentiments de honte et de culpabilité, un risque accru de dépression ainsi que l'adoption de comportements alimentaires dysfonctionnels (Grabe, Ward & Hyde, 2008; Johnson & Wardle, 2005; Provencher et al., 2007). Ainsi, les individus qui sont insatisfaits de leur corps semblent moins enclins à s'investir positivement en général et à prendre soin de leur corps et de leur santé d'une façon adéquate. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.