Academic journal article Journal of Distance Education (Online)

Diriger Soi-Même Ses Activités D'apprentissage Par et Dans Un Mooc De Type Connectiviste : Recherche Conduite Auprès De Participants Au C-Mooc Francophone « Itypa 1 »

Academic journal article Journal of Distance Education (Online)

Diriger Soi-Même Ses Activités D'apprentissage Par et Dans Un Mooc De Type Connectiviste : Recherche Conduite Auprès De Participants Au C-Mooc Francophone « Itypa 1 »

Article excerpt

Introduction

Au milieu de la précédente décennie, le « connectivisme » a été impulsé au Canada anglophone à partir des travaux de trois chercheurs en technologie éducative, à savoir Siemens, Downes et Cormier. Ces travaux portaient sur l'apprentissage numérique et connecté en réseaux (Siemens, 2004). Ils ont fondé les bases d'un nouveau courant éducatif : le connectivisme. Ce courant se matérialise par une configuration spécifique d'environnement médiatisé d'apprentissage communément qualifié de Mooc (.Massive Open Online Course) de type « connectiviste » ou C-Mooc (Bell, 2011; Downes, 2012; Kop et Fournier, 2010; Kop et Hill, 2008; Kop, 2011; Ravenscroft, 2011; Siemens, 2004; 2011).

La recherche empirique à l'origine de cet article portait sur les stratégies d'autodirection développées par des participants adultes au premier C-Mooc francophone, intitulé « Itypa 1 » (Internet Tout Y est Pour Apprendre, saison 1) et lancé en France en octobre 2012 1. L'article argumente tout d'abord une des distinctions fondamentales entre un C-Mooc et un X-Mooc. Une telle distinction permet notamment de lever toute ambiguïté entre ces deux configurations de Mooc et de bien situer le contexte de l'étude réalisée. Puis, l'article décrit succinctement les principes de fonctionnement du C-Mooc « Itypa 1 ». Il présente ensuite le cadre théorique mobilisé pour cette recherche en l'occurrence, l'approche socio-cognitive de l'autodirection (Carré, 2003a; Jézégou, 2010a, 2013; Schunk et Zimmerman, 2007; Zimmerman, 1989; 2002). Il précise la méthodologie d'analyse qualitative matricielle des données recueillies à l'aide d'entretiens individuels semi-directifs auprès d'un panel de 27 participants volontaires. Enfin, l'article présente les résultats obtenus, en décrivant plus spécifiquement les principales dynamiques motivationnelles et les processus d'autorégulation à l'oeuvre dans les stratégies d'autodirection de ces participants. Pour terminer, il souligne que, bien que d'une portée épistémique limitée, ces résultats contribuent à apporter quelques éléments de réponse à la problématique de T autodirection des participants à un Mooc de type connectiviste.

Mooc de type « Connectiviste » ou C-Mooc

La recherche synthétisée dans cet article s'écarte des débats politiques, socio-économiques et éducatifs quant aux enjeux liés au développement des Mooc en général ou encore à leur ingénierie. Elle propose une toute autre perspective en invitant à orienter le regard vers le vécu des participants engagés dans des Mooc de type connectiviste. Ce regard porte plus spécifiquement sur leurs stratégies d'autodirection par et dans un C-Mooc, tel que notamment « Itypa 1 ».

C-Mooc et X-Mooc : de quoi parle-t-on?

Au sens large, un Mooc renvoie à une formation de masse à distance s'appuyant sur les technologies numériques et du web social. Le qualitatif « open » est communément attribué à « massive course » pour notamment signifier la gratuité d'accès à un très grand nombre de participants. Au plan théorique, un tel qualificatif peut, en s'appuyant sur la définition conceptuelle de « l'ouverture en formation » proposée par Jézégou (2005), trouver une justification dans les « libertés importantes de choix et d'action offerts par ce type d'environnement d'apprentissage afin que l'apprenant puisse exercer un contrôle sur sa formation et ses apprentissages ». Cette définition permet d'opérer une distinction fondamentale entre un C-Mooc et un X-Mooc, cela en fonction du degré d'ouverture qu'ils présentent respectivement.

Dans un C-Mooc, les participants peuvent être « auteurs » de leur formation, non seulement en exerçant un contrôle sur les conditions fiées à leurs apprentissages en fonction d'objectifs qui leur sont propres, mais aussi en décidant de produire - individuellement et/ou collectivement - des ressources ou des contenus mutualisés d'apprentissage ou encore de s'engager dans des démarches de réflexion collective, de collaboration/coopération à distance dans le cadre de micro-projets visant un objectif partagé. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.