Academic journal article Canadian Journal of Behavioural Science

Comparaison De Deux Mesures D'évaluation Du Risque De Récidive Des Délinquants Sexuels

Academic journal article Canadian Journal of Behavioural Science

Comparaison De Deux Mesures D'évaluation Du Risque De Récidive Des Délinquants Sexuels

Article excerpt

Les méthodes utilisées pour évaluer le risque de récidive criminelle ont connu une évolution importante au cours du dernier siècle. Le jugement clinique non structuré, principalement basé sur l'intuition du clinicien, a progressivement laissé place à l'évaluation actuarielle, une méthode d'évaluation du risque basée sur une combinaison mécanique de facteurs de risque empiriquement validés (Dawes, Faust & Meehl, 1989; Meehl, 1954). En s'éloignant de l'idiosyncrasie inhérente au jugement clinique non structuré, l'évaluation actuarielle a permis des gains importants en validité prédictive et en fidélité (Grove, Zald, Lebow, Snitz & Nelson, 2000; Hanson & Morton-Bourgon, 2009; Harris, Rice, Quinsey & Cormier, 2015), ce qui a mené à son adoption massive en Amérique du Nord et ailleurs (Kelley, Barahal, Thornton & Olson, 2015; Neal & Grisso, 2014; Singh et al., 2014).

Les outils d'évaluation actuariels estiment le niveau de risque d'un individu en calculant la somme des facteurs de risque qu'il présente (Hanson, 2009, 2010). Les facteurs de risque sont définis comme des caractéristiques présentes ou passées d'un délinquant qui augmentent la probabilité qu'il récidive (Andrews & Bonta, 2010; Cortoni, 2009). Ces facteurs peuvent être de nature statique ou dynamique. Les facteurs de risque statiques sont des éléments d'anamnèse qui ne peuvent changer suite à une intervention, par exemple, le nombre d'antécédents criminels, l'âge ou les caractéristiques des victimes (Andrews & Bonta, 2010; Cortoni, 2009). Les facteurs de risque dynamiques (ou besoins criminogènes), quant à eux, sont des caractéristiques modifiables d'un délinquant qui, lorsqu'elles sont réduites, s'accompagnent d'une baisse du niveau de risque (Andrews & Bonta, 2010; Cortoni, 2009). Ils sont généralement définis au moyen de traits ou d'états psychologiques (par ex., impulsivité, intoxication à l'alcool ou drogue), mais peuvent également référer à des éléments de l'environnement social, tels que la fréquentation de pairs délinquants ou l'accès à des victimes potentielles (Andrews & Bonta, 2010; Beech & Ward, 2004; Hanson & Harris, 2000).

L'évaluation du risque des délinquants sexuels

Dans le domaine de la délinquance sexuelle, les instruments actuariels les plus utilisés sont le Minnesota Sex Offender Screening Tool-Revised (MnSOST-R; Epperson et al., 1998), le Violence Risk Appraisal Guide (VRAG; Harris, Rice & Quinsey, 1993), le Sex Offender Risk Appraisal Guide (SORAG; Harris et al., 2015), l'Évaluation rapide du risque de récidive sexuelle (ÉRRRS; Hanson, 1997) et la Statique-99 (Hanson & Thornton, 2000; Hanson & Morton-Bourgon, 2005). Bien que certaines de ces échelles incorporent l'occasionnel facteur de risque dynamique, elles sont essentiellement constituées de facteurs de risque statiques. La Statique-99, la plus populaire d'entre elles (Archer, Buffington-Vollum, Stredny & Handel, 2006; Jackson & Hess, 2007; McGrath, Cumming, Burchard, Zeoli & Ellerby, 2010; Neal & Grisso, 2014), est, comme son nom l'indique, exclusivement composée de facteurs de risque statiques.

Si l'utilisation exclusive ou quasi exclusive de facteurs de risque statiques présente certains avantages (cotation rapide et objective sur dossier), elle présente également des inconvénients. En effet, il n'est pas évident pour un évaluateur de comprendre la dynamique psychologique d'un client - ni d'en déduire des cibles d'intervention adaptées - à l'aide d'éléments d'anamnèse, tels que le nombre d'antécédents criminels ou les caractéristiques des victimes (Bonta, 2002; Gendreau, Little & Goggin, 1996; Mann, Hanson & Thornton, 2010). Pour ce faire, des facteurs de risque modifiables, formulés en termes psychologiques sont préférables.

Il n'est toutefois pas acquis que seuls les facteurs de risque dynamiques peuvent renseigner sur la psyché et les besoins criminogènes des délinquants. Le domaine de la psychométrie fait souvent usage de modèles statistiques permettant d'inférer les traits et les mécanismes psychologiques d'un individu à partir de ses comportements antérieurs (les modèles de facteurs latents). …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.