Academic journal article Studia Politica; Romanian Political Science Review

Réalité et Fiction Politique Dans le Modèle Démocratique Au Début Du Nouveau Régime Sud-Est Européen (XIX^sup E^ Siècle) Quelques Précis Méthodologiques et Conceptuels

Academic journal article Studia Politica; Romanian Political Science Review

Réalité et Fiction Politique Dans le Modèle Démocratique Au Début Du Nouveau Régime Sud-Est Européen (XIX^sup E^ Siècle) Quelques Précis Méthodologiques et Conceptuels

Article excerpt

Quand Ionica Tautu1 parlait après 1821 de la nécessité de créer une science politique fondée sur la raison, il récupérait sans doute un sens de la rationalité individuelle de type cartésien. Comme déjà montré ailleurs2, l'influence des idées philosophiques rationalistes du XVIIIe siècle sur la pensée des auteurs de la période pré règlementaire est indubitable, même que bien mélangée à d'autres types d'influences concurrentes. Ce qui s'avère important de toute façon dans le discours politique de cette époque est aussi, dans l'implicite, le besoin de circonscrire un espace de fonctionnement individuel dans le politique, qui accompagne l'expression nécessaire d'une identité personnelle, au niveau collectif mais aussi individuel. Comme on peut le remarquer dans tout l'espace qui se retrouve dans cette période sous l'influence encore des Turcs, les besoins identitaires se reflètent à plusieurs niveaux, tout aussi bien collectifs qu'individuels.

La société politique du XIXe siècle se recompose au niveau du rapport entre individu et collectivité, d'une part, et au niveau de la relation individu État, d'autre part. Ces notions ne sont pas nécessairement dichotomiques, surtout à ces époques3. En Grèce, par exemple, l'avènement national est accompagné par une forte affirmation nationale, mais également par un travail sur la violence politique et symbolique4 qui doit bien traiter aussi la question de l'affirmation de l'individu, au moins dans la vision classique du terme, comme élément définitoire de la société politique. En Serbie, le travail se fait plus difficilement, mais c'est toujours dans le double sens5.

En fait, l'attitude n'est pas du tout surprenante, puisqu'il s'agit d'une option doublement partagée par l'influence de la philosophie rationaliste et utilitariste (Bentham est un auteur cité), et d'autre part l'influence romantique. Les procédés narratifs sont présents même avant l'imposition d'une formule rhétorique spécifique au romantisme: le voyage6, vu comme moyen de projection des narrations et structures politiques parallèles, sur la toile de fond d'une réalité contrastée qui, par la différence fondamentale avec le pays d'origine, ne fait que montrer davantage les défauts ou les détails manquant de la culture démocratique nationale. Souvent, cette culture démocratique est faible et se fonde, péché originaire, dans la violence. Identité individuelle, identité collective se retrouvent toute les deux sous le signe d'une culture politique de la violence et du regret, du travail de deuil et de la dérision en même temps (discours très attaché à la rhétorique roumaine, d'ailleurs, car l'esprit critique des auteurs des Balkans est moins évident). Il y a, en plus, surtout au XIXe siècle un lien fort entre l'expression littéraire et l'expression historique7, d'ailleurs, qui est présente dans la génération des historiens qui servent de source d'inspiration pour les Roumains aussi, par exemple pour Jules Michelet. Même si celui-ci n'opère pas toujours avec ce type d'association, par souci de ne pas être accusé de « non scientifique », finalement la partie littéraire, la qualité d'expression représentent des marques de cette histoire écrite à l'époque romantique8. On remarque d'ailleurs de plus en plus le fait que

« Michelet marque un moment en proposant un rapport à l'histoire qu'on put ultérieurement ranimer sans jamais le retrouver tout à fait [...] Jules Michelet représente à la perfection le point où s'accomplit la jonction entre l'histoire science et la littérature ... Chez Michelet, il n'est donc pas d'histoire sans historien ... Le mot de Michelet est fameux: quand Augustin Thierry parlait pour l'histoire de ' narration ' et Guizot ' d'analyse ', lui leur opposait la ' résurrection '... Il n'en est pas moins un projet réfléchi, appuyé sur une critique raisonnée des styles historiographiques qui l'ont précédé, jugés trop partiels pour rendre son ' âme ' à la France »9.

Au XIXe siècle, la violence n'est plus représentée seulement par la guerre, mais aussi par la violence des doctrines, du langage, de la scène politique. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.