Academic journal article International Journal of E-Learning & Distance Education

Une Analyse Automatisée Des Modalités D'évaluation Des MOOC De la Plate-Forme FUN

Academic journal article International Journal of E-Learning & Distance Education

Une Analyse Automatisée Des Modalités D'évaluation Des MOOC De la Plate-Forme FUN

Article excerpt

Introduction

Alors que le débat sur les faibles taux de certification des MOOC bat son plein, la fondatrice de la plate-forme américaine Coursera publie sur la question un réquisitoire qui fera date (Koller et al., 2013), dont ces quelques phrases d'introduction, gardées dans leur langue d'origine, donnent le ton : To a university professor accustomed to the traditional audience of committed, paying students in a brick-and-mortar classroom, the image of continuously-emptying lecture halls - where only one in every 20 students remains to the end - is an understandably frightening prospect. But is this really the appropriate framework for thinking about student success in MOOCs? ?

Les auteurs présentent un ensemble d'hypotheses susceptibles d'expliquer la faiblesse des taux de certification observés : inscription a de multiples cours, diversité des usages, existence de cours superposés. Curieusement, une hypothese des plus simples manque a l'appel. En effet, un certain nombre de participants sont susceptibles d'échouer a obtenir le certificat car ils ne parviennent pas a réaliser avec succes les activités évaluées. Cette hypothese, que nous qualifierons d'hypothese de l'échec académique en référence a la terminologie utilisée dans les travaux séminaux sur la persistance dans les universités américaines (Tinto, 1975), est d'autant plus plausible que les cours de la plate-forme Coursera sont significativement plus exigeants en termes de charge de travail que la moyenne des MOOC (Cisel, 2016). Nous définirons de maniere opératoire l'échec académique comme le fait de ne pas parvenir a obtenir une note suffisante pour obtenir le certificat, et ce bien que les activités évaluées requises pour son obtention aient été réalisées, toutes les éventuelles opportunités de refaire un exercice raté ayant été saisies. Plusieurs considérations légitiment a nos yeux la réalisation d'analyses des modalités d'évaluation par la communauté scientifique.

Tout d'abord, des enquetes montrent qu'une partie conséquente des apprenants mettent sur leur Curriculum Vitae les certificats des MOOC obtenus (Cisel, 2016), ce qui ne manque pas de susciter un certain nombre d'interrogations quant a ce que ces certificats représentent en termes de validation d'acquis. La réflexion sur le sujet est séverement amputée par la rareté des analyses empiriques portant sur le travail nécessaire a l'obtention de ces certificats.

Se pose ensuite la question de la persistance au sein de ces formations, qui n'a pas manqué d'attirer l'attention de la communauté scientifique. D'une part les modeles théoriques comme le modele de rétention de Tinto (1975) et ses adaptations successives au contexte de la formation a distance suggerent que les performances en termes de notes, a priori corrélées avec la difficulté des évaluations, ont un impact important sur la persistance. D'autre part, des travaux empiriques consacrés aux MOOC (Jordan, 2014, 2015) suggerent que leurs taux de certification dépendent des modalités d'évaluation mises en place, les cours mobilisant l'évaluation par les pairs affichant notamment des taux de certification significativement plus bas que la moyenne.

 notre connaissance, peu de recherches se sont penchées spécifiquement sur la question des modalités l'évaluation dans les MOOC. Soit l'évaluation est abordée au prisme de la docimologie (Kulkarni et al., 2013), soit les modalités d'évaluation ne constituent dans les quelques études consacrées aux caractéristiques des MOOC (Jordan, 2014, 2015 ; Toven-Lindsay et al., 2015 ; Margaryan et al., 2015) qu'une dimension parmi d'autres, traitée de maniere relativement superficielle du fait du caractere manuel des analyses.

Nous cherchons ici a contribuer a combler cette lacune au travers de l'analyse de la plate-forme française France Université Numérique (FUN), pour tâcher d'alimenter la réflexion sur une problématique qui englobe plusieurs sous-questions : dans quelle mesure l'attrition observée dans les MOOC est-elle influencée par les choix réalisés par les équipes pédagogiques en termes de modalités d'évaluation ? …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.