Academic journal article Studia Politica; Romanian Political Science Review

Le Mémorial De Sighet, Entre « Devoir De Mémoire » et Contraintes De L'histoire. Analyse Sociologique D'une Réussite Improbable *

Academic journal article Studia Politica; Romanian Political Science Review

Le Mémorial De Sighet, Entre « Devoir De Mémoire » et Contraintes De L'histoire. Analyse Sociologique D'une Réussite Improbable *

Article excerpt

Introduction

Créée en 1994 par le couple d'écrivains Ana Blandiana et Romulus Rusan, la Fondation l'Académie Civique représente l'une des plus proéminentes organisations anticommunistes de la Roumanie post-1989. Sa notoriété dans l'espace public est liée a l'imposition d'un discours de dénonciation des crimes politiques de l'ancien régime, que la Fondation diffuse via son principal projet - le Měmorial des Victimes du Communisme et de la Resistance (le Měmorial). Situé a Sighet, au nord de la Roumanie, le site est děclarě děs son ouverture, le 20 juin 1997, ensemble d'intéret national et son financement pris partiellement en charge par l'État.1 En 1998 le Conseil de l'Europe inscrit le Memorial sur la liste des principaux lieux de conservation de la mémoire du continent aux côtés du Mémorial d'Auschwitz et du Mémorial de la Paix de Normandie.2 En 2001, il est inclus parmi les principaux objectifs touristiques des itinéraires culturels européens.3 Le 1er mars 2018, le Mémorial reçoit le Label Patrimoine Européen ensemble avec 9 autres sites, accordé par la Commission européenne aux monuments symbolisant la lutte pour ľhistoire, ľintégration, les idéaux et les valeurs européennes ?.4

Comment expliquer l'étonnante réussite de cette entreprise qui d'une initiative privée, développée au départ dans un contexte socio-politique défavorable aux discours de décommunisation et justice post-dictatoriale, devient en moins de cinq ans le principal lieu de mémoire des victimes du communisme de Roumanie et, par la suite, un site de référence au niveau européen ?

L'activité de l'Académie Civique fait l'objet de plusieurs travaux. D'une part, une littérature portant sur les processus de décommunisation en Roumanie souligne le rôle clef de la Fondation dans la promotion d'un discours démocratique, basée sur la dénonciation des crimes du communisme. Selon ces auteurs, dans un contexte d'? oubli officiel du passé, promu par les anciennes élites communistes qui reprennent le pouvoir apres la chute de Nicolae Ceausescu, l'Académie Civique est un acteur pionnier dans la lutte contre l'impunité et l'? amnésie ?, une cause intrinsequement liée aux valeurs de la démocratie libérale et de l'État de droit.5 Cette approche triomphaliste sur le rôle de la société civile dans le processus de justice transitionnelle n'a pourtant pas engagé d'analyse critique des discours que différents acteurs formulent sur la justice et la démocratisation post-1989. De meme, ces travaux expliquent l'engagement des militants de la décommunisation seulement par leur perçu idéalisme, sans examiner leurs intérets d'ordre politique et professionnel.

D'autre part, une littérature plus critique se penche sur la déconstruction des discours produits par l'Académie Civique sur l'ancien régime et sur le projet démocratique qui devait s'en suivre.6 Selon ces travaux, plus qu'un récit de type libéral et inclusif quant a la mémoire des deux dictatures du XXeme siecle (le fascisme et le communisme), l'Académie Civiqu e propose un récit de restauration de l'ordre politique de l'entre-deux-guerres qui ne remet pas en question les engagements fascistes de la période7 et qui reprend parfois les modeles communistes manichéens de représentation du passé.8 Bien que plus heuristique pour comprendre la complexité des discours anti-communistes de la Roumanie post-1989, cette littérature manque a son tour de s'attaquer a la question des rapports entre ces récits sur le passé national et les trajectoires politiques et professionnelles de leurs producteurs. De meme, elle n'aboutit pas a expliquer le succes de ces discours dans l'espace public roumain, malgré les nombreuses limites que différents historiens et sociologues ont souligné.9

Inspirée par les travaux de Pierre Bourdieu sur les mécanismes de reproduction sociale10 et sur l'habitus comme systeme de dispositions durables structurant les représentations des acteurs,11 notre recherche considere que ce n'est qu'a la lumiere de leurs devenirs biographiques que deviennent intelligibles les propos sur le passé national et la transformation postdictatoriale de la Roumanie. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.