Magazine article The Canadian Music Educator

Un Pied Dans Chaque culture/A Foot in Each Culture (English Summary)

Magazine article The Canadian Music Educator

Un Pied Dans Chaque culture/A Foot in Each Culture (English Summary)

Article excerpt

Un pied dans chaque culture

Patricia Abbott

J'ai compris assez jeune que mes parents m'avaient offert un magnifique cadeau en m'éduquant dans les deux langues offilles, le français et l'anglais. Plus tard, j'ai dit à plusieurs reprises, et je le crois toujours, qu'il y a des choses que je ne fais pas nécessairement mieux qu un(e) autre, mais que le feit de pouvoir les faire dans les deux langues m'a ouvert beaucoup de portes, m'a donné la chance de vivre de magnifiques expériences musicales et de cotoyer des gens extraordinaires. Ce bilinguisme a facilité et a enrichi ma vie professionnelle et personnelle. Quel bel héritage!

La nature même du chant choral nous invite à nous familiariser avec les langues étrangères afin de pouvoir profiter d'un vaste répertoire couvrant plus de mille ans de musique vocale occidentale sans oublier toute la musique folklorique, sacrée et contemporaine de tous les continents à laquelle nous avons accès aujourd'hui. L'aisance dans deux langues (et quelques années de latin à l'école secondaire) m'ont préservée de toute peur de m'attaquer à du répertoire écrit dans une langue qui n'est pas la mienne.

C'est avec la Chorale du Gesù et l'Alliance des chorales du Québec (ACQ) que j'ai fait mes premières armes en chant choral. Membre fondatrice de la Chorale du Gesù en 1980, j'en suis devenue la directrice en 1982 après le départ du chef en mi-saison. Sans formation en direction chorale, j'ai osé accepter le défi et je me suis rapidement inscrite à des stages en direction chorale offerts par l'ACQ. C'est à cette époque de ma vie (je ne parlais pas de carrière encore! ), que j'ai compris l'importance d'appartenir à des réseaux de gens qui s'intéressaient au chant choral et à l'enseignement de la musique. Souvent les musiciens questionnent la pertinence de se joindre à des associations étant donné les frais encourus. Pour moi, le fait d'adhérer à plusieurs associations a valu son pesant d'or, me permettant de connaître mieux ce qui se passait dans le domaine et de rencontrer des musiciens formidables lors de stages, colloques, conférences, etc. Par le fait même, j'ai bénéficié de formation, d'une plus grande connaissance et d'un meilleur accès au répertoire choral et d'un sentiment de ne pas être seule à rencontrer des problèmes d'ordre musicaux ou autres dans l'organisation de mes chorales. J'ai aussi eu la joie de participer aux rassemblements de l'ACQ comme choriste et plus tard comme chef invité.

En 1990, j'ai succédé à Jean Sult comme directrice du volet senior de la Chorale de la Commssion des écoles protestantes du Grand Montréal (CEPGM) qui est devenue en 1998 la Chorale de la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) lors de la restructuration des commissions scolaires au Québec. Ce fut ma première expérience de travail avec des jeunes; comme j'ai apprécié leur ouverture et leur franchise face à la musique et la vie en général! J'ai travaillé d'abord avec la chorale senior (les ados) et quelques années plus tard, j'ai commencé à diriger aussi la chorale junior de la CSEM (élèves du primaire, deuxième cycle). Je peux vous confirmer que le travail avec ces jeunes musiciens m'a appris à être un meilleur chef de choeur. C'est avec ce groupe que j'ai commencé à diriger plus de musique contemporaine, et par le fait même, plus de musique canadienne. Si le bilinguisme m'a enlevé la peur d'aborder des pièces en langues étrangères, les jeunes m'ont enlevé la peur de diriger de nouvelles oeuvres.

En travaillant à la fois dans des milieux francophones et des milieux anglophones, j'ai constaté des différences d'approche dans l'encadrement et la pratique du chant choral et dans le choix du répertoire. Chaque approche a ses points forts et je vise toujours dans ma pratique à rallier le meilleur de chacune, car elles peuvent s'enrichir mutuellement pour le plus grand bien des musiciens, peu importe leur âge, leur niveau d'apprentissage et l'instrument qu'ils jouent. Il est peut-être impossible de résumer ces différentes approches en quelques mots, mais disons que je tente de trouver un équilibre entre une vision plus rassembleuse et sociale et une vision plus disciplinée et académique. …

Search by... Author
Show... All Results Primary Sources Peer-reviewed

Oops!

An unknown error has occurred. Please click the button below to reload the page. If the problem persists, please try again in a little while.